Plus de 24 heures de retard pour un vol d'Air Algérie

Avion d'Air Algérie

Un vol de la compagnie aérienne nationale, Air Algérie, a enregistré un retard de plus de 24 heures. Prévu dans la soirée de samedi 24 février, le départ a été retardé pour des raisons qui restent inconnues pour les voyageurs qui se disent abandonnés, indiquent des témoignages publiés sur les réseaux sociaux. 

Il s'agit, en fait, du vol entre Djeddah en Arabie Saoudite et Alger. Autrement dit, une grande partie des passagers est constituée des pèlerins dont certainement des personnes âgées, qui ont effectué le rituel de la Omra. Un témoin parle de 400 pèlerins qui se sont retrouvés bloqués au niveau de l'aéroport de Djeddah, alors que la compagnie Air Algérie n'a pas communiqué sur l'incident.

"Mes parents devaient arriver de Djeddah samedi à 20h00, mais leur retour a été retardé jusqu'à dimanche 5h30 du matin", indique un témoin. Il affirme avoir reçu un appel de sa mère à 3h00 du matin. Il avait cru alors que ses parents étaient arrivés à l'avance, "mais à ma surprise ils sont toujours coincés à Djeddah", écrit-il.

"Air Algérie, donnez-nous des nouvelles !"

Selon d'autres intervenants, les passagers sont laissés dans un blackout total sans aucune information sur les raisons de la situation dans laquelle ils se sont retrouvés. "Air Algérie, donnez-nous des nouvelles, mes parents sont coincés à l’aéroport de Djeddah depuis plus de 24 heures et aucune nouvelle, j’appelle le centre d’appel, ils disent qu’ils n’ont aucune information !", s'insurge une dame.

Elle poursuit son témoignage en ajoutant : "la dernière fois que j’ai pu parler à ma mère, c’était hier à 3h00 du matin où elle me disait « j’ai très froid », j’ai dit maman « s’il te plaît je te réserve un hôtel tout de suite et va te reposer », elle me dit « ils nous ont enfermés comme des moutons, on ne peut même pas sortir de cette salle ! », depuis je n'ai aucune nouvelle". A l'instar des proches des autres voyageurs, la dame reste ainsi dans l'expectative en attendant un dénouement heureux et surtout rapide à ce calvaire. Lequel calvaire rappelle celui vécu par d'autres pèlerins, début février. Ces derniers sont restés bloqués durant 3 jours à l'intérieur de l'aéroport de Médine.

Retour en haut
Share via
Copy link