Grosse amende pour les utilisateurs d'IPTV

télévision et popcorn

Face à l’ampleur des IPTV illégales, les autorités de nombreux pays d’Europe ont décidé de frapper fort en recourant à des sanctions. Alors que les utilisateurs de ces plateformes illégales n'étaient jusque-là pas inquiétés, cela va bientôt changer.

L’IPTV, acronyme de « Internet Protocol Television », ou télévision sur protocole internet en français, est devenue de nos jours l’un des systèmes de diffusion les plus utilisés par les téléspectateurs dans le monde pour suivre leurs programmes préférés sur le petit écran. L’IPTV offre plus de flexibilité en permettant aux utilisateurs de visionner le programme qu’ils souhaitent n’importe où, à tout moment et sur n’importe quel terminal (mobile, PC ou Smart TV).

Cependant, ce système révolutionnaire de diffusion n’est pas épargné par les pirates. En effet, alors que plusieurs plateformes proposent des services IPTV de façon légale, en payant les droits de diffusion, d'autres fournisseurs offrent des abonnements à des prix très bas par rapport à ceux appliqués par les plateformes légales. Ce qui est considéré comme du piratage et donc sanctionné par la loi.

Une amende de 5000 euros pour les utilisateurs d'IPTV illégale

Jusque-là, les autorités en charge de la régulation de la diffusion du contenu par IPTV ne s’attaquaient qu’aux fournisseurs, mais face à l’ampleur du piratage, de nombreux pays européens songent désormais à sanctionner les utilisateurs. C’est le cas en Italie, où le chef du régulateur des télécommunications (AGCOM), Massimiliano Capitanio, a annoncé que les clients de l’IPTV illégale vont bientôt être visés par des amendes dont les montants vont de 150 jusqu'à 5000 euros.

« Il n’est peut-être pas encore clair que des amendes de 150 à 5000 euros seront bientôt imposés, ce qui, comme pour toutes les amendes, est une étape que l’on aimerait éviter, mais qui est devenue nécessaire, notamment parce que ceux qui font des affaires illégales font croire aux utilisateurs peu méfiants qu’ils ne craignent rien », a fait savoir le chef de l’AGCOM cité par le site Minute News. Selon Massimiliano Capitanio, l’Espagne « évolue également dans la même direction » et un « front commun en Europe ne peut que faire du bien » dans la lutte contre l’IPTV illégale.

Les utilisateurs de ces plateformes pirates en Europe sont donc avertis. Ils risquent de se retrouver coupables de « recel de contrefaçon ». Jusque-là, c'était les fournisseurs de ces IPTV illégales en Europe qui sont coupables de « contrefaçon de droit d'auteur » et donc poursuivis en justice.

Retour en haut
Share via
Copy link