Projet de monnaie commune entre l'Algérie, la Tunisie et la Libye : Qu'en est-il réellement ?

La réunion tripartite ayant réuni le 21 avril le président tunisien Kaïs Saïed, son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune, ainsi que le président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed El Menfi, a suscité un vif intérêt parmi les populations. Des rumeurs circulent sur les réseaux sociaux concernant une potentielle collaboration entre les pays voisins pour la suppression des passeports et l'adoption d'une monnaie commune.

Ces informations ont circulé suite à la réunion tripartite entre les dirigeants des trois pays qui a permis de sceller des accords de coopération importants en matière de sécurité et d’économie. Cependant, il est important de séparer les faits des rumeurs. Si la rencontre a bien eu lieu le 21 avril 2024 à Tunis, à l'initiative du président tunisien Kaïs Saïed, aucune décision officielle concernant l'instauration d'une monnaie commune n'a été prise.

Le communiqué officiel de la réunion a mis l'accent sur la coopération et le partenariat renforcés entre les trois nations, notamment dans le domaine de la sécurité. Des équipes de travail conjointes seront mises en place pour sécuriser les frontières communes, lutter contre les flux migratoires irréguliers et les activités criminelles transfrontalières. La promotion des investissements communs dans des secteurs stratégiques tels que l'énergie et l'agriculture était également au cœur des discussions.

Politique Les Algériens, enjeu d'une élection législative sous haute tension en France

L'idée d'une monnaie commune n'a jamais été évoquée

Des mesures visant à faciliter la circulation des personnes et des biens, ainsi que le développement des régions frontalières, font également partie des accords. Actuellement, les ressortissants des trois pays peuvent voyager sans visa. Cependant, certains espèrent que la libre circulation sera renforcée jusqu’à permettre aux ressortissants des trois pays de voyager avec une carte d’identité.

Concernant le volet économique, il est important de souligner que l'idée d'une monnaie commune n'a jamais été officiellement évoquée par les parties concernées. La création d'une zone monétaire commune impliquerait des défis économiques et politiques majeurs, nécessitant une coordination approfondie et des réformes structurelles importantes.

En fait, si la réunion tripartite a permis de sceller des accords de coopération importants, les rumeurs concernant la suppression des passeports et l'adoption d'une monnaie commune ne reposent sur aucune base concrète. Le communiqué commun sanctionnant la tripartite et les déclarations des responsables des trois pays n’ont fait aucune mention du projet d’une monnaie commune.


Vous aimez cet article ? Partagez !