L'Algérie recrute des enseignants d'arabe qui vont exercer en France

L'Algérie va recruter des enseignants pour enseigner la langue arabe en France. C’est ce qui ressort d’un avis d’appel lancé par l’Ambassade d’Algérie en France pour le recrutement d’enseignants d’arabe dans les écoles élémentaires françaises. Une démarche qui s’inscrit dans le cadre de la convention signée entre les deux pays portant sur les enseignements internationaux de langue étrangère (EILE).

Le service de l’enseignement de la langue arabe en France a annoncé le recrutement d’enseignants algériens de langue arabe dans plusieurs départements français. C’est une « opération de recrutement sur dossiers de candidatures pour l'accès au poste d'enseignant contractuel à temps partiel (payés à l'heure) de langue arabe dans les écoles élémentaires publiques françaises. La période de l'envoi des candidatures est fixée à vingt jours ouvrables, à compter de la publication du présent avis (du 14 juin au 15 juillet 2024) », a indiqué l’ambassade d’Algérie en France dans un avis de recrutement qui a été partagé par le député des Algériens de France Abdelouahab Yagoubi, le mardi 18 juin sur sa page Facebook.

L'opération de recrutement est soumise aux dispositions de l'arrêté interministériel du 14 août 2023, fixant les emplois et les effectifs nécessaires au fonctionnement du Service chargé de l'enseignement de la langue arabe en France. Les candidats aux postes doivent « posséder la nationalité algérienne et résider en France ; ne pas avoir commis d’actes touchant la souveraineté et l’intérêt national ; être titulaire d’un diplôme universitaire algérien ou d’un titre équivalent en rapport avec la matière enseignée ; être détenteur d’une certification de connaissance de la langue française de niveau B2 au minimum ».

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

L'Algérie recrute des enseignants d'arabe dans 39 départements de France

Les candidats « ne doivent pas avoir de mention au bulletin de leur casier judiciaire "incompatible avec l’exercice de l’emploi postulé" alors que ceux qui ont été condamnés à une "peine infamante" ne peuvent pas postuler, lit-on dans l’avis de recrutement de l’ambassade d’Algérie en France. Ce sont au total 39 départements français qui sont concernés par cet avis de recrutement d’enseignants algériens de la langue arabe. À cet effet, 17 enseignants seront affectés dans des écoles situées dans la région Île-de-France, 7 pour l’Auvergne-Rhône-Alpes, 6 pour le Grand-Est, 6 pour la région sud-est et 3 autres enseignants pour la région sud-ouest. Un recrutement dans le cadre de la convention signée en juin 2022 entre la France et l’Algérie portant sur les enseignements internationaux de langue étrangère (EILE).

« Dans les écoles élémentaires d'enseignement public en France ; il peut être organisé un enseignement international de langue étrangère (EILE) se rapportant à la langue arabe », lit-on dans l’article 1 du décret n° 2022-916 du 21 juin 2022. « Cet enseignement est assuré dans le respect des principes généraux de l'éducation nationale française notamment la laïcité et la neutralité, et conformément à la législation française en vigueur », ajoute l’article. « La mise en place de cet enseignement est assurée par les autorités françaises en coopération avec les autorités algériennes compétentes », selon l’article 2.

Cependant, selon l’article 3 « cet enseignement facultatif » de la langue arabe est « accessible à tous les élèves volontaires, de la classe de cours élémentaire première année à la classe de cours moyen deuxième année ». L’enseignement de la langue arabe est « organisé au-delà du temps scolaire obligatoire en complément des enseignements obligatoires prévus pour tous les élèves par les programmes en vigueur, à raison d'une heure et demie (1 h 30 min) par semaine », précise le décret dans son article 4.


Vous aimez cet article ? Partagez !