L'Algérie lance une école numérique pour sa diaspora

L'Algérie veut consolider ses relations avec les membres de sa communauté à l'étranger. Après le secteur de la formation professionnelle, c'est celui de l'Éducation qui se lance dans une initiative destinée aux membres de la diaspora algérienne dans les quatre coins de la planète. Une initiative qui entre en vigueur dès la rentrée scolaire 2024/2025.

En effet, le ministre algérien de l'Éducation nationale, Abdelhakim Belabed, a annoncé le lancement prochain d'une école numérique destinée aux enfants des membres de la communauté algérienne à l'étranger. Intervenant lors d'une séance de questions à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Éducation a fait savoir que cette école virtuelle entamera ses activités dès la nouvelle année scolaire en septembre 2024.

En fait, cette école est ouverte à tous les enfants des membres de la communauté algérienne du monde entier. Les élèves qui y seront inscrits recevront des cours du programme scolaire algérien. Il est vrai que cette initiative pourrait séduire certains ressortissants algériens établis dans différents pays du monde, particulièrement ceux tentés par un retour au pays en raison des changements que vivent les sociétés occidentales.

Voyage & Immigration Titres de séjour en France : Une nouvelle procédure généralisée

Préserver l'attachement de la diaspora aux composantes de la mère-patrie

Il est utile de rappeler que ce projet date de plusieurs mois, le même ministre l'ayant annoncé à la fin du mois de décembre 2023, lors d'une plénière de l'Assemblée nationale dédiée aux questions orales des députés. Abdelhakim Belabed estimait que cette école d'enseignement à distance destinée aux enfants de la diaspora algérienne devrait être créée « dans le but de préserver son attachement à la culture et aux composantes de leur mère-patrie, et compte tenu de son rôle positif dans l'édification du pays, la préservation de son unité et la contribution à la cohésion sociale ».

Pour créer une telle école parmi d'autres initiatives visant à rapprocher la diaspora de leur pays, « il a été procédé à l'installation d'un groupe de travail interministériel regroupant des cadres et des représentants de départements ministériels des secteurs de l'Éducation nationale, des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, des Moudjahidines et des Ayants-droit, des Affaires religieuses et des Wakfs, de la Culture et des Arts, de la Poste et des Télécommunications, et de l'Économie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises », avait précisé Abdelhakim Belabed.


Vous aimez cet article ? Partagez !