Le ministère français des Affaires étrangères a mis en garde les ressortissants français en Algérie et les a invités à se tenir loin des manifestations en Algérie. C’est une première depuis le début des manifestations, en février dernier.

La note publiée le 24 décembre sur le site du ministère français des Affaires étrangères s’adresse aux français qui se trouvent en Algérie, ou encore à ceux qui prévoit d’y aller. Il leur est demandé de ne pas s’approcher des lieux où se déroulent les manifestations populaires. « En cas de manifestations, à l’écart des cortèges et des rassemblements de foule », précise la note. Le département de Jean-Yves Le Drian conseille à ses ressortissants en Algérie « de suivre les consignes de sécurité des autorités locales ainsi que l’ensemble de leurs recommandations » ajoute-t-il.

Cette posture des autorités françaises envers le Hirak algérien est une première qui tranche avec l’attitude adoptée depuis février dernier, au début des manifestations. Auparavant, les responsables français, qui se s'exprimaient de manière très minimale sur ce qui se passe en Algérie, louaient plutôt le pacifisme des manifestations. D'ailleurs, le président français Emmanuel Macron s’était dit « très attentif à ce qui se passe en Algérie et aux aspirations que le peuple exprime avec beaucoup de responsabilité, de civisme, de dignité depuis plusieurs mois ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

La France prévoit-elle des troubles en Algérie ?

C’est le même discours adopté par Jean-Yves Le Drian qui saluait « l’esprit de responsabilité, de civisme et de dignité qui prévaut au sein du peuple algérien depuis le début des manifestations ». Cette nouvelle attitude des autorités françaises amène des questions sur ses tenants et aboutissants. La France prévoit-elle des troubles dans les manifestations en Algérie, qui continuent encore avec la même intensité qu’au début ? A noter que le cortège de l'ambassadeur de France a été chahuté lors de l’enterrement de Ahmed Gaïd Salah.