Algérie - Une nouvelle bavure militaire a failli coûter la vie à un citoyen de la localité d'Ahnif dans la wilaya de Bouira en Kabylie. Dans la soirée de lundi 3 février, un gendarme aurait tiré plusieurs coups de sommation dans un barrage provoquant une pagaille générale, a appris ObservAlgérie de plusieurs sources locales.

Selon les mêmes sources, le jeune citoyen en question, passible d'un procès, aurait été interpellé au niveau du barrage de la gendarmerie d'Ahnif. Etant accompagné par son père, le jeune citoyen avait demandé de déposer d’abord son père et de revenir au barrage. A son retour, le jeune citoyen aurait été « agressé physiquement par le gendarme ». Ce dernier aurait ensuite, tiré plusieurs coups de sommation pour l’empêcher de s'enfuir.

Quelques temps après, le citoyens du village avoisinant ont accouru vers le barrage. Ayant vent de l'histoire, les citoyens en colère, ont occupé le barrage et ont enlevé les herses. La population locale a exigé la délocalisation du barrage.

Des bavures et de la colère

Pour rappel, ce n'est pas la première fois que des bavures similaires sont commises en Kabylie. En novembre 2017, un citoyen du village M’haga dans la daïra de Bouzguène ( 50km à l’est de Tizi Ouzou ) a été tué par des éléments d’un détachement militaire. L'homme âgé d’une quarantaine d’années, est un berger qui était sur le chemin de retour chez lui.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

En janvier 2011, un saisonnier, Mohand Bouza, 49 ans, est abattu par des militaires alors qu’il chassait des grives dans la forêt d’Ighil Ali, à 60 km à l’ouest de Béjaïa. En juin de la même année, Mustapha Dial, journalier et père de trois enfants, est tué par des militaires sur la route menant d’Azazga à Yakouren, peu de temps après l’explosion d’une bombe au passage d’un convoi militaire.

Lire aussi : Alger : Un jeune homme atteint par une balle tirée par un policier