L’avocate générale de la cour d’assises du Val-d’Oise a requis, mardi 4 février, 30 ans de réclusion criminelle contre un ressortissant algérien résidant en France. Ce dernier est principalement accusé d’avoir séquestré et violé une mère de famille à Argenteuil avant de se réfugier en Algérie, rapporte le quotidien français Le Parisien.  

Selon le même média, l’accusé, Brahim A, serait à la tête d’une bande de trois malfaiteurs qui aurait commis, le 13 mars 2017 en France, cinq crimes ayant fait 13 victimes en l’espace de 5 heures ! Le principal mis en cause est jugé en procès par contumace, étant en fuite depuis la commission des faits; il se serait réfugié à Biskra, en Algérie, où il se serait marié et aurait un enfant, précise la même source.

Les faits remontent donc au 13 mars 2017, lorsque le principal accusé, accompagné de ses deux complices, aurait d’abord braqué, à Argenteuil, un automobiliste, puis un bar-tabac et enfin toute une famille du quartier Val-Nord.  

Une mère de 9 enfants séquestrée et violée

Dans la même journée, les trois malfaiteurs ont séquestré une mère de famille avec ses neuf enfants, dont le plus jeune a 4 ans. Le chef de la bande, Brahim. A, aurait entraîné de force la victime dans une chambre de la maison afin de la violer. La famille a été prise en otage pendant une heure, d’après le réquisitoire de l’avocate générale. Après le méfait, Brahim. A aurait fuit la France pour l'Algérie. Sa double nationalité franco-algérienne le protège d'une extradition.

À lire aussi :  Accusés d'abus de fonction, des employés d'Air Algérie sous le verrous

Des peines de 14 et 18 ans requises contre ses deux complices

L’avocate générale a requis également 18 ans de réclusion contre le premier complice, répondant aux initiales I.G. Ce dernier aurait agressé physiquement le barman. Cette peine est assortie d'une période de sûreté de 9 ans et d'un suivi socio-judiciaire de 10 ans. Concernant le chauffeur de la bande, N.D, l’avocate générale a requis 14 ans de réclusion assortis d'une période de sûreté de la moitié et de 10 ans de suivi socio-judiciaire.

Lire aussi : Marseille : Un sans-papiers algérien agresse sexuellement une Française