ObservAlgérie a reçu plusieurs témoignages de cas de vols de bagages à l’aéroport International Houari Boumediene d’Alger. Les voyageurs dénoncent à la fois les vols récurrents et le laxisme de l’administration de l’aéroport. Ces vols restent impunis et les victimes ne savent toujours pas à quel saint se vouer.

« Ma valise a été apparemment ouverte à l’aéroport d’Alger. Des parfums et d’autres cadeaux que je comptais offrir aux membres de ma famille sont introuvables. Par contre, je trouve des objets qui ne m’appartiennent pas » raconte un voyageur avant d’ajouter : « Je me suis plains aux douaniers mais je n’ai eu aucune réponse ».

En effet, plusieurs scandales de vols de bagages, impliquant des responsables et des bagagistes de l’aéroport international d’Alger, ont déjà fait l’actualité en Algérie, mais le phénomène persiste. En 2017, une enquête menée par les services de sécurité a mis au jour, une cache souterraine servant à dissimuler des objets de valeur dérobés par des bagagistes aux voyageurs. Alors qu’en 2019, une femme usurpant la fonction de policière dans le même aéroport a été condamnée pour avoir formé une bande de malfaiteurs spécialisée dans les vols de bagages.

Réagissant à ce phénomène qui ternit l’image du pays, la police des frontières procède systématiquement à des fouilles corporelles des bagagistes de l’aéroport, après chaque livraison, a-t-on appris d’une source policière dudit aéroport. Cependant, cette mesure semble inefficace.

Par ailleurs, le député de la diaspora Noureddine Belmeddah avait soulevé, le 24 juin 2019, ce fléau qui persiste, lors d’une plénière du Parlement algérien. Il a appelé le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour l’éradiquer. Ledit député a révélé que des bagagistes repris de justice ont été recrutés. Toutefois, le représentant de la diaspora algérienne a appelé les voyageurs à porter leurs objets de valeur dans leurs sacs à main. Il a également appelé à ce qu’il y ait dépôt de plainte systématique après chaque vol.