Le directeur général de Hyundai Motor Algérie (HMA), filiale automobile du Groupe Cevital, Omar Rebrab a déclaré dans un entretien, réalisé ce dimanche 16 février par le journal El Moudjahid, que plusieurs projets du groupe Cevital ont été débloqués par le nouveau gouvernement.

« Nous avons été reçus par le nouveau gouvernement qui nous a débloqué bon nombre de projets. Nos doléances ont été prises en considération et les choses sont en bonne voie », a- t-il annoncé. Omar Rebrab ajoute qu’un « lien de communication s’est installé » avec le gouvernement, après que les responsables du groupe ont été « sollicités pour relancer leurs investissements dans le domaine économique », précisant, à l’occasion, « que Cevital est classé deuxième après Sonatrach en termes de création d’emplois et d’exportations ».

Il rassure également que Cevital a désormais des assurances que l’État ne bloquera pas les projets d’investissement de l’entreprise avec cette nouvelle équipe à la tête du pays qui veut diversifier l’économie. « Nous sommes désormais tournés vers l’avenir », déclare-t-il, sans donner des détails concernant les projets débloqués. Pour rappel, ces dernières années, le groupe d’Issad Rebrab  a dû faire face à une forte hostilité de l’ancien régime Bouteflika qui avait suspendu ses projets dans l’industrie, la grande distribution, l’automobile et le tourisme.

À lire aussi :  Voitures de moins de 3 ans : la Douane explique les taxes

« La justice nous a donné raison »

Sur le secteur de l’automobile, d’où le groupe avait été écarté auparavant, Omar Rebrab explique que la justice a été favorable aux preuves fournies par l’entreprise. « La justice nous a donné raison, et c’est encourageant. Nous n’avons jamais laissé tomber ce métier, puisque nous avons continué à assurer le service après-vente et la commercialisation de la pièce de rechange», a-t-il rappelé.

« Nous réalisons aujourd’hui un chiffre d’affaires de 3 milliards DA dans le domaine de la pièce détachée. Les distributeurs ont également repris contact avec nous. Actuellement, nous remettons à niveau nos ateliers et nous investissons dans ce créneau. Nous reprendrons bientôt la commercialisation des véhicules, puisque les infrastructures nécessaires existent », a-t-il ajouté. Là encore, aucune précision concernant les marques qui seront commercialisées par le groupe n’a été donnée.

« Nous ne sommes pas intéressés par le montage automobile »


Omar Rebrab réaffirme que Cevital n’est pas intéressé par le montage automobile, expliquant que le groupe a « toujours voulu faire de la construction, non du montage », tient-il à préciser. « Nous avons eu des contacts avec Toyota et plusieurs autres constructeurs chinois qui sont venus nous voir pour un partenariat sérieux pour la production», a-t-il encore fait savoir, mettant en évidence l’importance des projets de production et d’exportation qui « créent de la richesse pour notre pays ». Chose qui, selon lui, ne sera pas possible avec le processus de montage en Algérie.

À lire aussi :  Voitures de moins de 3 ans : la Douane explique les taxes

Par ailleurs, le même intervenant informe que Cevital est, actuellement, en « négociation avec de grands constructeurs chinois pour un projet de production » et que ces derniers ont transféré à l’entreprise « des équipementiers et de la technologie utilisés par la maison-mère, telle la ligne robotisée ».