Le tribunal de grande instance de Metz au nord-est de la France a ordonné, mardi 18 février, le placement sous mandat de dépôt d’un sans-papiers algérien âgé de 36 ans. Ce dernier aurait agressé violement un policier, rapporte le quotidien régional, Le Républicain Lorrain.

Selon le média français, le sans-papiers algérien a été arrêté dans la soirée de 13 février dernier. Il est accusé d’avoir violemment agressé un policier lui entraînant  21 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT). Il a comparu ce matin devant la justice pour rébellion, usurpation d’identité, outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique et violence sur un policier.

L’avocate de ressortissant algérien en situation irrégulière en France a expliqué que son client  « est venu en France pour vivre avec sa compagne. Sa situation aurait pu être réglée très facilement mais le manque de connaissance et la crainte l’ont conduit à se priver de certains droits ».

Le sans-papiers algérien sera jugé le 23 mars prochain

Mais la présidente de la cour a souligné que le prévenu « n’a pas de document d’identité et nous ne sommes même pas sûrs d’avoir la bonne personne ! Il n’a pas de titre de séjour et il est sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français. Pour garantir sa représentation en justice, il doit être placé en détention provisoire ». L’accusé est placé en détention provisoire jusqu’à son la prochaine audience, prévue le 23 mars prochain.

À lire aussi :  Mutinerie dans le plus grand Centre de rétention de sans-papiers en France

Pour rappel, le tribunal du Mans à l’ouest de la France, a condamné le 3 décembre dernier, un sans-papier algérien âgé de 38 ans à 18 mois de prison ferme. Le mis en cause avait agressé avec un vélo deux policiers qui tentaient de le contrôler. Le ressortissant algérien, connu de la justice pour trafic de stupéfiants aurait jeté son vélo électrique contre les deux policiers avant de s’enfuir. Les deux agents de la police ont été légèrement blessés aux jambes. Il a fallu l’intervention des renforts de la BAC pour l’arrêter et le conduire au commissariat.