Un homme âgé d'une quarantaine d'années a été tué, ce dimanche 1er mars 2020, par son oncle maternel par un coup de poignard au cœur. Le crime a eu lieu dans la commune de Aïn Abid, à Constantine, selon des sources locales.

Le quadragénaire, qui est également le voisin de son assassin, n'a pas survécu au coup de poignard qu'il a reçu dans le cœur. Il a succombé à ses blessures à l'Etablissement public de santé de proximité (EPSP) de Aïn Abid. Rien n'a cependant filtré sur les circonstances exactes de ce crime qui a jeté l'émoi parmi les habitants de cette localité.

Mais il est dit que cet assassinat serait un crime d'honneur. Les mêmes sources ne donnent pas d'autres détails sur ce meurtre dont s'est rendu coupable l'oncle et voisin de la victime. Ce dernier, sexagénaire, s'est rendu aux services de sécurité aussitôt son forfait commis. La police a, bien entendu, ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes du meurtre.

De plus en plus de crimes...

Des crimes de ce genre deviennent de plus en plus fréquents en Algérie, au point que l'on parle de banalisation des actes de violence. En effet, il ne se passe pas une semaine sans que l'on entende parler d'un crime violent ayant coûté à la vie à une femme, un homme, un adolescent...

À lire aussi :  Drame dans une plage à Oran : Un éboulement emporte 2 membres d'une famille en vacances

C'est le cas de ce jeune de 25 ans assassiné vendredi 28 février à Sétif, quelques jours avant son mariage ou de cet adolescent de 17 ans assassiné par son propre beau-frère. Ce crime, qui a eu lieu en janvier à Oran, a failli emporter le frère et la sœur de la victime. En décembre, c'est un homme qui a donné plusieurs coups de barre de fer à son frère, à Mila. Plein d'autres meurtres crapuleux  ont endeuillé des familles entières dans différentes wilayas de l'Algérie.

Lire aussi : Algérie : Un adolescent assassiné par son propre beau-frère