Vivant en Algérie, un Franco-algérien a été arrêté dès son entrée en France et conduit vers la prison. Le motif : une affaire de viol sur mineure qui remonte à 2001 et dont le jugement a été prononcé sans sa présence. L'Algérien réclame aujourd'hui sa remise en liberté, mais la justice française l'invite à attendre son procès en prison, rapporte le quotidien régional français La Nouvelle République.

D'après la même source, les faits remontent au 12 août 2001. Le Franco-algérien, 19 ans à l'époque, avait violé, en compagnie d'un autre individu, une fille adolescente de 14 ans qui avait fui son domicile familial. L'affaire est rapidement parvenue à la justice française. Après l'enquête, la cour d’appel d’Orléans avait convoqué les accusés afin de comparaître pour viol sur mineure. Néanmoins, le jour de sa comparution, le 24 mars 2002, l'Algérien, Abderazek n'était plus en France. En effet, il était reparti vivre en Algérie, son pays d'origine.

Mandat d'arrêt et dix ans de prison contre l'Algérien

Malgré son absence lors du jugement, le tribunal avait prononcé une peine de dix ans de prison ferme contre l'Algérien. Un mandat d'arrêt est également émis à son encontre. Et c'est après 18 ans que Abderazek a foulé de nouveau le sol français. En effet, le 21 décembre 2019, le Franco-algérien décide de rentrer à Tours afin de voir sa compagne qui résidait toujours en France. Mais à sa surprise, la police française l'a arrêté et incarcéré.

À lire aussi :  L'ancien DG de l'aéroport d'Alger à nouveau devant la justice

Tenu au courant de l'affaire, le Franco-algérien a contesté les faits qui lui sont reprochés. Il a estimé son placement en détention provisoire non justifié. De son côté, son avocat s'est interrogé sur ces « faits anciens », dix-huit ans après. Il pense que son client qui a fait sa vie en Algérie doit être libéré du fait qu'il n’ait jamais été entendu. Toutefois, la cour a décidé de maintenir l'Algérien derrière les barreaux jusqu'à son prochain procès programmé en 2021.

Lire également : France : Deux Algériens condamnés pour usage de faux papiers