Algérie - Le tribunal de la wilaya de Constantine a condamné à 2 ans de prison ferme un employé de l'hôpital de la ville. Celui-ci a dérobé une grande quantité de gants médicaux dans le but de les revendre, a-t-on appris, jeudi 26 mars de sources locales.

L'employé en question travaille au CHU Benbadis de Constantine (Est de l'Algérie). Il s'est emparé de masques médicaux et chirurgicaux destinés aux personnels hospitaliers. Ces derniers utilisent ces consommables pour se protéger, entre autres, de l’épidémie de coronavirus.

L'homme, âgé de 53 ans, voulait revendre son "butin" au marché noir. Les fonctionnaires de l'hôpital, qui ont découvert le méfait, n'ont pas tardé à aviser les policiers. Ces derniers sont aussitôt intervenus pour interpeller le voleur. Lors de son interrogatoire, le prévenu a indiqué avoir remis les produits volés à son fils adolescent. Suite à ces révélations, les éléments de la police algérienne ont pu retrouver le jeune garçon. Il avait en sa possession 183 paires de gants qu'il proposait à la vente au niveau de la rue Abane Ramdane de la ville.

Il écope de deux ans de prison

L'affaire a été ensuite transmise à la justice. Après avoir entendu l'accusé, le tribunal de Constantine l'a condamné à 2 années d'emprisonnement assorties d'une amende de 100 000 DA.

À lire aussi :  Des sans-papiers algériens arrêtés pour vente de cocaïne

Il faut dire que depuis le début de l’épidémie de coronavirus en Algérie, les vols et les ventes illégales de produits médicaux ont explosé. Masques, gants et gels hydroalcooliques sont devenus introuvables au niveau des pharmacies.

Rappelons que dimanche dernier, des employés d'un hôpital en France avait surpris un sans-papiers algérien de 32 ans en train de voler du gel hydroalcoolique, des masques et des gants. Arrêté par la police, il s’est avéré être un récidiviste et en situation irrégulière dans ce pays.

Lire également : Coronavirus en Algérie : L’Etat sévit contre les spéculateurs