En Kabylie, un homme âgé d'une quarantaine d'années a été assassiné par son voisin à coups de fusil, dans la commune de Maâtkas, à Tizi Ouzou. La raison du crime est, selon nos sources, un différend sur des terres agricoles dans la région.

Très tôt dans la matinée du jeudi 26 mars, les habitants de la région de Maâtkas (située à 20 km au Sud-ouest de Tizi Ouzou) ont entendu des coups de feu. Ces derniers provenaient du chef-lieu de la commune, Souk El Khemis.

D'après des témoignages recueillis par ObservAlgérie, tout avait commencé par une dispute entre les deux hommes à cause d'un conflit lié à des terres agricoles. La dispute a rapidement tourné au drame, lorsque l'accusé a pris son arme à feu et tiré, avec sang-froid, deux balles dans la poitrine de la victime. Gravement touché, le quadragénaire a rendu l'âme sur place. Quant à son meurtrier, il a été arrêté par les services de sécurité de la région. L’enquête est en cours afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

La victime est un musicien émigré connu dans la région

D'après les mêmes sources, la victime, Lounes A, était établie en France depuis quelques années. Âgé de 43 ans, il était universitaire et chercheur en dynamique nucléaire et membre du groupe NIM (Noyau Ions Matière) à la division recherche de l'Institut de physique nucléaire Orsay.

À lire aussi :  Accusés d'abus de fonction, des employés d'Air Algérie sous le verrous

Les habitants du village Bour Hamou, à Maâtkas, dont est originaire le défunt, ont appris la nouvelle avec consternation. Le décédé était connu comme musicien et artiste chez lui.
Notons que, dans un premier temps, une rumeur avait circulé dans la localité comme quoi le jeune émigré serait mort à cause du coronavirus. Mais la nouvelle a été rapidement démentie par les membres de sa famille qui ont révélé la vraie cause de sa mort.

Lire également : Kabylie : Un père de trois enfants tue sa femme et prend la fuite