Le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, Djamel Fourar, a indiqué que la levée des mesures de confinement en Algérie se fera de manière progressive. Malgré le repli du coronavirus, aucune date n’est encore prévue pour le déconfinement, souligne-t-il dans une déclaration accordée, jeudi 16 avril, à la télévision nationale.

Le porte-parole du Comité de suivi de l’évolution du coronavirus en Algérie prévoit une baisse considérable des contaminations dans les prochains jours, « vu les chiffres et les statistiques enregistrés jusqu’ici ». Le Dr Fourar estime que la situation épidémique du pays connaîtra une nette amélioration à l’instar d'autres pays du monde. Il affirme, néanmoins, qu’il est « impossible d’avancer une date exacte pour l’endiguement du virus en Algérie ».

Le chercheur a révélé également que la levée du confinement en Algérie se fera progressivement, comme c'est le cas dans d’autres pays touchés par la pandémie. Cela dit, tout porte à croire que le confinement instauré dans le pays sera prolongé pour une période supplémentaire, après la date butoir de la mesure en cours, à savoir le 19 avril.

Cependant, il y a lieu de souligner que le mois de Ramadhan, dont la nuit du doute est annoncée pour le 23 avril prochain, pourrait inciter le gouvernement à décréter l'allègement du confinement. Car les autorités algériennes savent pertinemment que faire respecter les mesures de confinement durant le mois de jeûne serait quasi impossible.

À lire aussi :  Les Marocaines revendiquent le droit à l'avortement

Des chercheurs avertissent contre un déconfinement précoce

Par ailleurs, plusieurs spécialistes ont averti contre un déconfinement précoce en Algérie. Chose qui pourrait s'avérer dramatique, d’autant que le coronavirus est loin d’être maîtrisé. D'autres parties jugent "urgent" de déconfiner certains secteurs pour relancer l’économie et éviter leur effondrement.

Il faut noter que de nombreux chercheurs étrangers ont conseillé de prolonger les mesures de confinement jusqu’en 2022. Une étude menée par des chercheurs de la prestigieuse université américaine Harvard proposent d’alterner entre des périodes de confinement et de liberté, afin de prévenir une nouvelle vague épidémique. Ce groupe de chercheurs estime que le confinement doit toujours être de mise tant qu’un vaccin concluant ou des traitements efficaces ne sont pas découverts.

Lire aussi : Confinement en Algérie : Que décidera le gouvernement ?