Les services de sécurité de la wilaya de Boumerdès ont réussi à résoudre le mystérieux meurtre d'un septuagénaire, commis il y a quelques jours. Selon les résultats des investigations lancées, c'est l'épouse du défunt qui a commis ce crime avec la complicité de ses enfants. Ces derniers ainsi que leur mère ont été interpellés, rapportent lundi 27 avril des sources locales.

Les faits remontent au 12 avril dernier. Le corps sans âme de la victime, âgée de 74 ans, aurait été retrouvé par un de ses fils à 20 mètres de son domicile familial, dans le quartier Tahrir de la ville de Bordj Menaïel, dans la wilaya de Boumerdès. Alertés, les éléments de la Protection civile ont constaté le décès et ont acheminé la dépouille vers l'hôpital de la ville pour autopsie.

Pour leur part, les services de la Police ont enclenché une enquête afin de révéler les circonstances du décès du septuagénaire. Les premiers éléments de l'enquête les ont menés vers les membres de sa famille. En effet, selon le communiqué de la DGSN, l'épouse et ses trois fils sont accusés du meurtre.

Ils ont voulu faire croire que leur père s'était suicidé

Selon la même source, les quatre accusés auraient tout nié. Ils ont soutenu que le père de famille s'était suicidé. Confrontés aux traces d'agressions sur son corps, ils ont répondu qu'il avait été victime d'un accident. Néanmoins, l'examen effectué par la police judiciaire, en collaboration avec la police scientifique, a révélé que le septuagénaire a été victime d'un meurtre odieux. D'ailleurs, des armes blanches utilisées pour accomplir le crime ont été retrouvées et saisies par la police.

Les quatre accusés ont été, par la suite, présentés devant le procureur près le tribunal de Bordj Menaïel. Ce dernier a prononcé un mandat de dépôt à l'encontre de l'épouse et l'un de ses fils, tandis que les deux autres ont été placés sous contrôle judiciaire.

Pour rappel, la même localité avait enregistré, le 17 avril dernier, un autre homicide. Un groupe d'individus avaient assassiné un père de famille d’une trentaine d’années. L'enquête des forces de la brigade de la Gendarmerie nationale est toujours en cours afin d'identifier les coupables. D’après des témoignages, le trentenaire a été tué après avoir intervenu en faveur d’une personne “victime d’injustice”.

Lire également : Algérie : Une femme soupçonnée d’avoir tué son mari quelques instants avant la rupture du jeûne