Un père de famille âgé d'une quarantaine d'années est décédé dans la soirée de vendredi suite à son agression, quelques instants avant la rupture du jeûne, par un individu dans la wilaya de Bouira. Le défunt laisse dernière lui une veuve et quatre enfants, rapporte ce samedi 2 mai le quotidien arabophone El Khabar.

Le Ramadan de cette année en Algérie a commencé avec de nombreux crimes dans différentes régions. Cette fois, c'est à Bouira, en Kabylie, qu'un nouveau meurtre a été commis. Les faits ont eu lieu dans la commune de Aïn Bessem, à 23 kilomètres au Sud-ouest du chef-lieu de la wilaya de Bouira.

Il était environ 18h30 quand l'homme en question, répondant aux initiales Z. M, s'était disputé avec un autre individu. Les deux hommes en sont rapidement venus aux mains. Soudain, l'agresseur prend un tournevis qu'il n'hésita pas à planter dans le cou de le victime (Z. M.).

La victime transportée vers 3 hôpitaux différents

La victime a été transportée, dans un premier temps, aux urgences de l'hôpital de la ville, puis à l'hôpital de Lakhdaria. Le personnel médical de ces deux établissements ont fait savoir qu'il n'avait pas les moyens nécessaires pour sauver le quadragénaire. Ce dernier est immédiatement transféré vers l'hôpital Salim Zemirli d'Alger. Mais là non plus, les médecins ne pouvaient rien faire face à la gravité de sa blessure. Il finit par rendre l'âme, laissant derrière un femme et quatre enfants.

À lire aussi :  Paris : Une Américaine violée par un SDF algérien

Par ailleurs, on apprend qu'une équipe de la police judiciaire et de la police scientifique de la brigade de Aïn Bessem ont aussitôt ouvert une enquête. Elle a ainsi bouclé les lieux du crime et continue de recueillir les témoignages de toutes les parties, afin de faire la lumière sur cette affaire.

Pour rappel, la ville de Constantine, dans l’Est de l’Algérie, a été également ébranlée jeudi par un crime odieux. Un jeune a assassiné son père à l’arme blanche avant de blesser grièvement son frère.

Lire aussi : Algérie : Une femme soupçonnée d’avoir tué son mari quelques instants avant la rupture du jeûne