Les fortes arrivées clandestines de migrants vers l’Espagne en provenance d’Algérie inquiètent les autorités espagnoles et européennes. Les Algériens seraient plus nombreux que les autres Maghrébins à rallier illégalement l'Espagne, indique le média espagnol El Pais, vendredi 22 mai. L’organisation et la stratégie des passeurs alarment les autorités européennes.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

Selon la même source, les Algériens occupent la première place des migrants clandestins en provenance du Maghreb depuis le 1er janvier au 19 mai 2020. Durant cette période, plus de 1 699 Algériens ont posé les pieds illégalement sur le sol espagnol. Un business des plus fructueux pour les passeurs qui n’hésitent pas à mettre en danger des vies humaines pour se remplir les poches.

« La surprise a été double. Non seulement les Algériens sont majoritaires. Mais aussi, ils arrivent directement en Espagne sans passer par le Maroc. Les navires employés n’ont rien à voir avec les bateaux boiteux sur lesquels naviguent les Subsahariens », indique le ministère espagnol de l’intérieur.

L’Algérie arrive en tête des pays maghrébins qui exportent le plus de migrants clandestins en Espagne. Le nombre des Marocains est moins important, avec 984 arrivées enregistrées. Quant aux Tunisiens, ils sont loin derrière, avec 240 arrivées enregistrées

Les autorités espagnoles et européennes surveillent la trajectoire migratoire

Le gouvernement espagnol et les autorités européennes examinent attentivement la trajectoire migratoire allant de l’Algérie vers l’Espagne. Le rapport de la Commission européenne indique que « la pression migratoire algérienne devrait rester élevée. Les réseaux de passeurs ont coordonné leurs méthodes de fonctionnement en organisant des départs simultanés. Ces derniers dépassent la capacité des autorités algériennes et ce malgré les restrictions engendrées par le Coronavirus ».

Les alertes se multiplient, les Gardes-côtes espagnoles ont enregistré une recrudescence des réseaux criminels qui permettent aux migrants de rejoindre l’autre rive. Traditionnellement, la plupart des Algériens organisaient seuls leurs voyages en bateaux. Depuis peu, l’activité des passeurs s’est intensifiée et leur sophistication devient de plus en plus inquiétante. Les passeurs utilisent des semi-rigides qui leur permettent de faire un aller-retour en quelques heures, sans se faire prendre.

Pour rappel, la Garde civile espagnole avait annoncé le, 14 mai dernier, avoir procédé au démantèlement d'un important réseau de passeurs algériens. L’organisation clandestine aurait des ramifications sur les deux rives algéro-espagnoles.

Les passeurs ont fait quitter les côtes algériennes à 126 migrants clandestins en l’espace de deux jours seulement. La Garde civile espagnole a procédé à l’arrestation de onze personnes, suspectées de faire partie du groupe de passeurs.