La ville de Minneapolis, aux Etats-Unis, est en colère après la mort de l'un des siens. Il s'agit d'un Afro-américain, George Floyd, qui a perdu la vie suite à sa violente arrestation. Le limogeage des quatre policiers auteurs de cette interpellation n'a pas calmé la rage de la famille du défunt qui réclame leur détention. Pour cette famille éplorée, les policiers ont commis un meurtre. 

Cela s'est passé mardi 27 mai. Une des passantes au moment de l'arrestation a filmé la scène. La vidéo montrait un homme noir plaqué au sol tandis qu'un policier presse son cou avec son genou. "Je ne respire plus", gémissait-il. L’agent lui répondait de rester calme. Un deuxième policier tient à distance les passants qui commençaient à s’emporter, alors que l’homme appréhendé ne bougeait plus. Il semblait perdre conscience.

Sa famille réclame justice

Après plusieurs minutes d'immobilisation brutale, il est finalement pris en charge. Sur des images captées par les caméras du restaurant devant lequel il a été arrêté, on le voyait, les mains menottées dans le dos, n’opposer aucune résistance quand un policier le conduit vers une voiture de patrouille. Il décède peu après son arrivée à l’hôpital.

La victime, George Floyd, 46 ans, était père de deux enfants. Il n'était pas armé au moment de son interpellation. Sa famille réclame que les policiers impliqués soient inculpés pour meurtre. "Car c’est exactement ce qu’ils ont fait, ils ont commis un meurtre contre mon frère", a affirmé sur la chaîne NBC sa sœur, Bridgett Floyd. "J’ai la foi et je crois que justice sera rendue", a-t-elle ajouté, affirmant que le renvoi des policiers n'est "pas suffisant".

À lire aussi :  L'imam djihadiste Youssef al-Qaradâwî est décédé à l'âge de 96 ans

Même son de cloche chez sa cousine, Tera Brown. "Ce que j'ai vu, c'est un meurtre, et c'est pour cela que les policiers doivent être arrêtés et condamnés", insiste-t-elle.

Donald Trump : "Justice sera rendue"

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, s’est demandé "pourquoi l’homme qui a tué George Floyd (n’était) pas en prison". "Si vous ou moi avions fait cela, nous serions en ce moment derrière les barreaux", a-t-il affirmé. Le président Donald Trump n'est pas resté indifférent. Il a affirmé sur Twitter qu’il avait demandé à la police fédérale (FBI) et au ministère de la Justice de faire la lumière sur cette disparition "triste et tragique". "Mes pensées vont à la famille et aux amis de George. Justice sera rendue !", a-t-il promis.

Lire aussi : Canada : Un policier condamné pour attaque raciste contre un Algérien