Le milieu artistique en Algérie est en émoi. Le jeune comédien Heythem Hasassni a mis fin à ses jours. Diplômé de l'Institut des arts dramatiques, le jeune homme s'est donné la mort dans des circonstances mystérieuses, à Guelma, sa ville natale. Ses proches ont confié que le jeune homme ne pouvait plus supporter la marginalisation dont il faisait l'objet dans le domaine artistique.

Le drame a eu lieu lundi 1er juin. Le corps sans âme du jeune Heythem Hasassni a été découvert pendu au stade de la ville de Guelma (à l'est de l'Algérie). Arrivés sur place, les éléments de la Protection civile ont constaté le décès du jeune homme, âgé de 23 ans. La dépouille a été transférée à l’hôpital de la ville pour subir une autopsie. De leur côté, les éléments de la Gendarmerie nationale ont ouvert une enquête pour connaître les circonstances de ce drame.

La nouvelle a mis en émoi tous les citoyens de cette région. Les membres de la famille du défunt sont inconsolables. Leur enfant s'en est allé sans prévenir personne. Les raisons exactes de son acte restent inconnues.

Le jeune comédien souffrait de la marginalisation

Néanmoins, des proches du jeune comédien, diplômé de l’Institut supérieur des métiers et arts du spectacle (ISMAS) de Bordj El Kiffan, à Alger, affirment qu'il ne supportait plus son exclusion de la scène artistique en Algérie. Preuve en est, sa dernière publication sur son compte Facebook, où il a révélé qu'il souffrait beaucoup à cause de la marginalisation et que l'ensemble de la communauté artistique algérienne souffrait de favoritisme.

Wassim, le frère du défunt, a déclaré aux médias locaux que le défunt "avait essayé par tous les moyens de trouver son chemin. Ma mère et mon père sont même allés voir le directeur du théâtre de Guelma pour qu'il fasse participer Heythem dans une pièce de théâtre ou dans un casting. Mais celui-ci a quasiment refusé de les recevoir". Selon lui, les responsables de la culture en Algérie ont une grande part de responsabilité dans le suicide de son frère.

Lire aussi : Coronavirus : Une actrice algérienne provoque la controverse