Accusé de vol, un Algérien vivant illégalement en France a écopé de deux années de prison ferme et d’une interdiction du territoire français (ITF). Il a été condamné vendredi 12 juin par le tribunal correctionnel de Châteauroux, indique le média France Bleu.

Selon la même source, le sans-papiers algérien agissait dans le cadre d'une bande organisée, établie à Marseille. Il a soutenu lors de son procès qu'il n'avait d'autre choix que de voler. « J'ai un problème de santé. Il me faut des médicaments, mais comme je n’ai pas de papiers, je devais trouver une autre solution. La boîte coûte plus de 50 euros », s'est-il justifié. « La dernière fois que vous aviez été arrêté, vous parliez d'une rage de dent. Vous avancez facilement des problèmes de santé quand même ! », lui rappelle le procureur.

Le sans-papiers algérien n’agissait pas seul

Le sans-papiers algérien sévissait avec une bande organisée composée de membres d'une même famille (trois cousins, dont une femme) en plus du sans-papiers. Plusieurs commerces ont été pris pour cible par le groupe de malfaiteurs. Trois d'entre eux, dont le sans-papiers, ont été surpris la main dans le sac.

Ils ont avoué qu'ils visaient des commerces de proximité avec peu de personnel pour surveiller. Pour réussir leurs coups, ils utilisaient une stratégie bien coordonnée : deux des hommes entrent, font semblant de s’intéresser à un article, posent des questions. Pendant ce temps-là, le troisième se faufile dans l’arrière-boutique et s’empare de l'argent liquide, portefeuilles, caisses...

Les trois hommes ont avoué avoir volé, en tout, près de 30 000 euros. Absente de l’audience, la cousine et par ailleurs compagne de l’un des malfrats a été également arrêtée. Cette mère de quatre enfants a reconnu, lors de sa garde à vue, avoir gardé des sommes volées pour le compte de son compagnon.

La justice française a donc condamné le sans-papiers à deux ans de prison ferme, assortis d'une ITF. Les deux autres coupables se sont vu infliger une peine plus lourde, à savoir quatre années de prison ferme. La complice, elle, a écopé de huit mois de prison avec sursis.

Lire aussi : Des sans-papiers algériens et marocains écroués en France pour vol à main armée