Des inconnus ont fait exploser le véhicule d'un Algérien en France. Ce dernier dit qu'il a été la cible d’un « attentat raciste », accusant les habitants du coin de vouloir l'« éliminer ». Il lance un appel au président français Emmanuel Macron pour lui venir en aide. L'affaire fait l'objet d'une enquête de la police judiciaire, a rapporté, vendredi 19 juin, Le Parisien.

Mohammed Bensaad, un Algérien de 64 ans établi en France, se dit victime de racisme. Lundi 15 juin, sa voiture a été la cible d'une explosion. Les faits ont eu lieu à Coulommiers, dans le département de Seine-et-Marne, en Île-de-France, où il a récemment déménagé. « J'ai entendu une grosse détonation, comme une bombe ou un attentat. Mais je me suis dit que ce n'était pas possible. Nous sommes à Mémillon, pas à Paris », raconte une voisine de la victime. Cette dernière était absente au moment des faits.

Chauffeur de taxi à la retraite, Mohammed soupçonne des habitants de la région où il vient d'acheter une propriété de plus de 9 000 m2. « Je suis victime d'un acte raciste. On a voulu me tuer, m'éliminer. Si j'avais été dans la voiture, avec une telle charge d'explosifs, je serais mort », a-t-il estimé.

À lire aussi :  Accusés d'abus de fonction, des employés d'Air Algérie sous les verrous

L'Algérien appelle Macron à l’aide

Voulant médiatiser son histoire, l'Algérien a posté une vidéo dans laquelle il présente l'étendue des dégâts. Il dit que les débris ont atterri jusque chez son voisin, témoignant de l’importance de l’explosion. « Je considère cela comme un attentat raciste contre un Algérien», dit-il dans la vidéo. Mohammed Bensaad en a profité pour lancer un message à Emmanuel Macron « pour qu’il intervienne sur cette affaire » qui « le dépasse ». « Je suis allé jusqu'au ministère de l'Intérieur, puis devant chez Macron. J'irai à l'ONU s'il le faut ! », a-t-il affirmé.

Ce « fils d'ancien combattant » ignore les personnes qui sont derrière cela. « Qui m'en veut ? Je n'en sais rien. Je ne suis là que depuis quelques semaines et je n'ai de problème avec personne », a-t-il déclaré au Parisien. La police judiciaire de Meaux poursuit toujours son enquête.

Lire aussi : France : Un jeune Algérien assassiné par balle à Nîmes