Une jeune Marocaine est morte à Rabat suite à une opération esthétique qui a mal tourné. Cette tragédie a créé un scandale retentissant au royaume chérifien. L'indignation est d'autant plus grande que les médecins chargés d'opérer la patiente, âgée de 32 ans, cachaient sa mort depuis trois jours, indiquent différents médias marocains.

Selon les mêmes sources, la Marocaine, dénommée Imane Bensima, avait sollicité une clinique réputée de Rabat pour une simple liposuccion. Les choses ne se sont pas passées comme prévues. Imane a perdu la vie mercredi 17 juin, jour de son admission au bloc opératoire.

Plus grave encore, les proches de la victime affirment que les médecins avaient dissimulé son décès trois jours durant. Chaque fois que les parents d'Imane demandaient à voir leur fille, le staff médical opposait son refus, prétextant des mesures de prévention contre le coronavirus.

Choqué et en colère, son entourage proche, qui dénonce une erreur médicale, exige justice et réparation. Sa famille souhaite engager un débat public pour mettre la lumière sur les zones d’ombre qui entourent cette affaire. L'occasion est aussi idoine pour sensibiliser sur la question de la chirurgie esthétique et les médecins véreux. En rendant publique cette tragédie, la maman de la victime tient à ce que personne d'autre ne subisse le même sort que sa défunte fille. « Je ne veux pas que d’autres gamines paient le prix », dit-elle.

À lire aussi :  Un avion d'une compagnie marocaine dérouté vers l'aéroport de Bordeaux

Une colère justifiée

« Ils ont gardé Imane 8 heures au bloc. Les médecins ont dissimulé son état à la famille durant trois jours en soutenant qu’avec le Covid-19, ils ne pouvaient pas la voir dans sa chambre », dénonce la cousine de la victime sur le réseau social Facebook.

Ses parents sont entre colère et deuil. Ils souhaitent, désormais, que l’histoire fasse le bruit qu'il faut pour lancer un vrai débat de société sur la chirurgie esthétique au Maroc. « C’est aujourd’hui quelque chose de banalisé, mais certains médecins escrocs profitent de la manne et la confiance des patientes », renchérit la cousine de la victime.