L’ambassadeur d’Algérie en France, Salah Lebdioui, a annoncé que le projet de l’ouverture des filiales de banques publiques algériennes en France est en étude. Dans un entretien paru ce jeudi 6 août sur le site francophone TSA, Salah Lebdioui rappelle les avantages accordés par les autorités algériennes aux Algériens de la diaspora notamment, en matière économique.

L’ambassadeur d’Algérie en France a informé que « le projet d’ouverture de filiales de banques publiques algériennes en France, est à l’étude ». Il souligne les efforts déployés par les services consulaires et ceux de l’ambassade « en vue du renforcement de la relation de nos compatriotes établis en France avec la mère patrie ».

Salah Lebdioui a déclaré qu’ « outre la modernisation de l’administration consulaire avec notamment l’introduction du numérique et de l’administration électronique pour mieux prendre en charge la gestion consulaire de nos ressortissants, les efforts de notre réseau consulaire en France, conjugués à ceux de l’Ambassade, sont, sans cesse, déployés » a-t-il indiqué.

Le diplomate algérien souligne le soutien des autorités algériennes aux membres de la communauté nationale à l’étranger pour « l’émergence d’un mouvement associatif représentatif et dynamique ». En matière économique, plusieurs mesures ont été prises pour accompagner les Algériens résidant à l’étranger souhaitant créer des micro-entreprises en Algérie.

Dans ce cadre, Lebdioui explique que les Algériens de la diaspora « bénéficient au même titre que les nationaux résidents, des avantages du code des investissements, de l’accès aux différents dispositifs de promotion immobilière… » rappelle-t-il.

Pour l'ambassadeur d’Algérie en France, l’implication des compétences algériennes de la diaspora, dans la relance économique, est sérieusement prise en considération par les autorités algériennes, avec les nouvelles orientations économiques et politiques.

Selon lui, « la nomination d’un conseiller auprès du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger en est une parfaite illustration qui s’ajoute à bien d’autres : nomination de compétences parmi la diaspora à la présidence de l’Agence nationale de sécurité sanitaire ; création d’un portail en ligne dédié à l’enregistrement d’experts algériens à l’étranger dans la perspective de leur intégration à l’effort national visant le développement du pays, l’avant-projet de la Constitution qui abrogerait l’article 63 excluant les binationaux de la gestion des affaires publiques ».