L'Association professionnelle inter wilaya des agents maritimes algériens (APAMA) a réagi face à la crise que traverse l'Entreprise portuaire de Bejaïa (EPB). L'association craint les conséquences dévastatrices que peut engendrer cette crise sur l'économie de la région. 

En effet, la grève menée par les travailleurs du port de Bejaïa depuis 17 jours a fait réagir l'APAMA. Cette dernière a exprimé, dans un communiqué, ses craintes des conséquences que peut engendrer une telle crise, si les deux parties du conflit n'arriveraient pas à trouver une « issue heureuse ».  Pour l'APAMA, le conflit entre la direction et le syndicat du port bloque « dangereusement les activités maritimes et portuaires ». Ainsi, les intérêts du pays sont délaissés au profit de « l’égo des parties impliquées ».

L'association a rappelé, par ailleurs, le rôle important que joue le port de Bejaïa dans l'économie nationale. Elle qualifie l'EPB de « fleuron de l’outil portuaire national » qui assure une bonne partie des exportations algériennes. Ainsi, cette grève a engendré et pourrait encore engendrer de graves conséquences sur l'économie du centre de l'Algérie en général et de la région de Kabylie en particulier.

Le port de Bejaïa subit des pertes énormes

L'APAMA a soulevé que l'impact de la grève a affecté plusieurs niveaux d'activités, notamment au niveau des unités économiques de la région qui sont impactés par le manque de matières premières. Par ailleurs, l'association a souligné que le fait de dérouter les cargaisons vers d'autres ports a engendré « un surcoût énorme ». En plus des conséquences du coronavirus qui ne sont pas encore dissipées, le « port de Bejaïa continue de subir des pertes énormes ».

À lire aussi :  Tebboune relance un mégaprojet de Cevital bloqué au temps de Bouteflika

Dans cette conjoncture délicate, l'APAMA invite les deux parties à trouver une solution à ce conflit. L'association espère que « le bon sens conjugué à celui de la responsabilité » trouvera une « issue heureuse » à cette crise. Rappelons que depuis 17 jours, les travailleurs du port ont entamé une grève pour réclamer le départ du directeur.

Lire aussi : Kabylie : Le PDG du port de Bejaïa menace de licencier les travailleurs grévistes