Le tribunal de Bejaïa, en Kabylie, a tranché dans le conflit qui oppose les travailleurs de Numilog et leur employeur. Les travailleurs de Numilog, filiale de Cevital, ont eu gain de cause devant la justice pour la troisième fois. Le verdict qui est tombé mardi 25 août exige de Numilog la réintégration des travailleurs licenciés et la reconnaissance de la section syndicale qu'ils ont constituée.

Cette victoire parvient après une longue bataille juridique conjuguée à une mobilisation générale des travailleurs. L’entreprise Numilog, une filiale de Cevital d'Issad Rebrab, qui a licencié 196 travailleurs le 11 août 2020 de son site à Bejaïa a été déboutée par la justice. L'entreprise a licencié les travailleurs suite à une série de grèves cycliques de 3 jours observées hebdomadairement.

Ainsi, le bras de fer qui oppose l’entreprise Numilog à près de 200 salariés prend une nouvelle tournure. Les travailleurs licenciés revendiquaient la reconnaissance par l’entreprise du droit syndical, la mise en place d’un comité de participation, selon la procédure légale, c’est-à-dire en association avec le partenaire syndical, et enfin la réintégration des syndicalistes licenciés.

Il reste à savoir si la décision de justice va être appliquée par les responsables de cette filiale de Cevital  . Ces derniers ont agi en violation flagrante de la législation du travail en Algérie, selon le spécialiste du monde de travail Noureddine Bouderba. ‘’Numilog se donne le droit de se substituer à la justice en motivant les licenciements par l’attendu suivant : vu le report de l’affaire en justice...L’entreprise était dans l’obligation d’attendre la décision finale de la justice d’autant plus que les travailleurs concernés étaient sous le coup d’une suspension à titre conservatoire en attendant la décision de justice’ajoute t-il.

Lire aussi : Kabylie : Levée de boucliers contre Rebrab après avoir licencié 196 travailleurs