Les services de sécurité de la wilaya d'Oum El Bouagui, dans l'est de l'Algérie, ont appréhendé des personnes qui étaient en train de célébrer une fête de mariage en utilisant des armes à feu. Six personnes ont d'ailleurs été interpellées et emmenées vers le commissariat de la ville, rapporte ce dimanche 6 septembre le site arabophone Ennahar.

Alors que la célébration des fêtes de mariage restent interdites en Algérie, certaines familles algériennes n'hésitent pas à enfreindre les lois et à ignorer les directives des autorités. D'ailleurs, les membres de la famille d'un couple de mariés ont été arrêtés, samedi 5 septembre dans la wilaya d'Oum El Bouagui, en plein cortège, en train d'utiliser des armes à feu.

Les services de l'ordre ont ainsi pu récupérer 4 fusils utilisés habituellement dans les mariages traditionnels dans cette région ainsi qu'un fusil de chasse de cinquième catégorie. En outre, six personnes ont été arrêtées et conduites vers la brigade de la ville.

Les éléments de la police judiciaire ont pris toutes les mesures juridiques à l'encontre des mis en cause, en coordination avec les autorités judiciaires, conformément aux décisions interdisant l'utilisation de ce type d'armes.

Les mariages toujours interdits en Algérie

Il est à rappeler que les fêtes de mariage et toute autre célébration festive impliquant des attroupements sont interdites depuis quelques semaines en Algérie. Cette interdiction fait partie du dispositif sanitaire mis en place par l’Etat pour endiguer la propagation du coronavirus.

Mercredi 29 juillet, le tribunal de la wilaya de M’sila a condamné trois agents de police à de la prison ferme pour avoir bravé les mesures de sécurité sanitaire. Les trois agents avaient en effet participé à un cortège nuptial et ont même fait usage de leurs armes de service. L’un des prévenus n’était autre que le nouveau marié.

Lire également : Algérie : Un mariage interrompu par les forces de l’ordre