Un nouveau mariage gay a été interrompu en Algérie. Les services de sécurité de la wilaya de Annaba, dans l'Est algérien, sont intervenus pour l'arrestation de plusieurs individus accusés d’avoir organisé le mariage de deux personnes de même sexe. C'est ce qu'a indiqué vendredi 25 septembre le quotidien arabophone Ennahar.

Selon la même source, les éléments de la Sûreté urbaine du 11e arrondissement relevant de la Sûreté de la wilaya de Annaba ont procédé à l'arrestation d'un groupe de personnes appartenant à la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) en Algérie. Les prévenus voulaient organiser un mariage gay entre deux hommes dans un appartement de la ville.

Les services de sécurité ont interpellé les individus en question ainsi qu'un groupe de musiciens qui animait la fête. Les prévenus seront présentés devant la justice après enquête. Ils risquent de lourdes peines d’emprisonnement eu égard aux chefs d'accusation.

Les mariages gay interdits en Algérie

Il faut souligner qu’en Algérie, l’homosexualité est punie par l’article 338 du Code pénal algérien. Elle est considérée comme un crime passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 3 ans. Les manifestations de soutien à la communauté LGBT sont aussi strictement interdites.

Pour mémoire, au mois de juillet dernier, les services de la gendarmerie de la wilaya de Constantine, dans l’est de l’Algérie, avaient aussi procédé à l’arrestation de pas moins de quarante-quatre individus accusés d’avoir organisé et/ou célébré un mariage homosexuel. Le 3 septembre, le tribunal d’El Khroub a rendu son verdict dans cette affaire. Les principaux accusés, à savoir les deux hommes concernés par cette union illégale, ont été condamnés à trois ans de prison ferme. Tandis que deux autres personnes ont écopé d’une année de prison chacune.

À lire aussi :  Mutinerie dans le plus grand Centre de rétention de sans-papiers en France

Lire aussi : Mariage homosexuel en Algérie : Deux individus placés en garde à vue