La terre a de nouveau tremblé en Algérie. Le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) a enregistré, ce jeudi 1er octobre, une secousse tellurique de 3,2 degrés sur l’échelle ouverte de Richter, dans la wilaya de Tipaza, au nord du pays.

La secousse a été fortement ressentie par les habitants de la région. Selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), l’épicentre du séisme a été localisé à 12 kilomètres au sud-est de la commune de Damous, à Tipaza, 70 kilomètres à l’ouest de la capitale Alger.

Ce tremblement de terre, qui a eu lieu à 11h16 (heure locale), a atteint une magnitude de 3,2 degrés sur l’échelle ouverte de Richter, indique le CRAAG. A noter que de nombreux citoyens de la région ont ressenti cette secousse tellurique qui a fait naître une grande panique. Néanmoins, aucun dégât humain ou matériel n’a été signalé.

Il faut dire que l’Algérie a vécu au cours des derniers mois une forte activité sismique. Le CRAAG a signalé une vingtaine de secousses telluriques rien que pour les mois d'août et septembre. La plus forte reste celle qui a touché la localité de Hamala, à Mila, dans l’est de l’Algérie. Ce tremblement de terre, recensé le 7 août, a atteint une magnitude de 4,9 sur l’échelle ouverte de Richter. Il avait, d’ailleurs, provoqué de nombreux dégâts matériels.

À lire aussi :  Un sans-papiers algérien agresse une Française dans un train

Mais pour le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), le phénomène des tremblements de terre est tout à fait normal et ne doit pas susciter l’inquiétude en Algérie. « Cela entre dans le cadre de l’activité sismique normale du nord du pays », a tenu à rassurer l’expert du CRAAG, Chafik Aïdi.