L’Algérie a enregistré un nouveau tremblement de terre. Cette fois, c’est la capitale de l’Ouest algérien, Oran, qui a connu, dans la soirée de ce samedi 31 octobre, une secousse tellurique qui a atteint une magnitude de 3,3 sur l’échelle Richter, a indiqué un communiqué du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG).

Les habitants de la wilaya d’Oran et ses environs ont ressenti, ce samedi, cette secousse tellurique dont l’épicentre a été localisé, selon le CRAAG, à 50 kilomètres au sud-est de la commune de Aïn El Turk, à Oran. Ce tremblement de terre, qui a eu lieu à 19h47 (heure locale), a atteint une magnitude de 3,3 sur l’échelle ouverte de Richter.

Notons que cette secousse n’a engendré aucun dégât matériel ni humain. Elle a néanmoins provoqué une grosse panique au sein des habitants de la région qui craignent des répliques plus fortes. Pour rappel, il s’agit de la deuxième fois, en l’espace de trois jours, que la terre tremble en Algérie.

Le précédent séisme, de magnitude 3,8, a été enregistré mercredi 28 octobre à 13 kilomètres au nord-est de la localité de Zemmouri dans la wilaya de Boumerdes, à quelques encablures de la capitale Alger.

Il faut dire que l’Algérie vit depuis quelques mois au rythme de secousses telluriques récurrentes. Le CRAAG a signalé plus de 15 séismes rien que pour le mois d’août dernier. Le plus fort reste celui qui a touché la localité de Hamala, à Mila, dans l’est de l’Algérie. Ce tremblement de terre, recensé le 7 août, a atteint une magnitude de 4,9 sur l’échelle ouverte de Richter. Il avait, d’ailleurs, provoqué de nombreux dégâts matériels.