Le tribunal correctionnel de la wilaya d'Oum El Bouagui, à l'est de l'Algérie, a condamné deux frères à de lourdes peines de prison. Les prévenus sont poursuivis pour avoir assassiné un jeune homme qui travaillait comme serveur dans une cafétéria qui leur appartenait, a rapporté dimanche 1er novembre le site arabophone Echourouk.

Les faits remontent au mois de février de l'année dernière. Ce jour là, le jeune homme âgé de 27 ans avait perdu la vie après avoir subi plusieurs coups de sabre. La victime travaillait comme serveur dans une cafétéria dans la ville de Aïn Beïda, dans la wilaya d'Oum El Bouagui.

Pendant le procès qui a eu lieu en fin de semaine dernière, le père du défunt a révélé que son fils avait décidé de quitter son travail dès qu'il a appris que le propriétaire du cafétéria vendait illicitement des hallucinogènes et de la poudre à canon. Pour leur part, les deux accusés ont affirmé que le jeune décédé avait l'habitude de se rendre à son ancien lieu de travail et ne cessait de les provoquer.

Le principal prévenu condamné à 20 ans de prison

Le jour du drame, le jeune homme s'était rendu à la même cafétéria en compagnie de ses amis. Et après une dispute violente, le propriétaire de la cafétéria asséna plusieurs coups de sabre à sa victime et le blessa au niveau de plusieurs endroits de son corps, lui provoquant une grave hémorragie avant de mourir sur place. Le frère de l'agresseur a également blessé un des amis de la victime au niveau de son dos à l'aide d'un couteau.

À lire aussi :  Mutinerie dans le plus grand Centre de rétention de sans-papiers en France

Arrêtés, et placés en garde à vue, les deux accusés ont ainsi comparu la semaine dernière. Après avoir écouté toutes les parties, le juge a décidé de condamner à 20 de prison ferme le 1er accusé pour homicide volontaire. Tandis que son frère a écopé de 5 ans de prison ferme pour tentative de meurtre avec préméditation. Les deux frères devront également s'acquitter chacun d'une amende de 100 millions de centimes à titre d'indemnisation à la partie civile.

Lire aussi : Algérie : Une rixe tourne au drame à Sidi Bel Abbes