La Cour d’Alger a refusé, ce mercredi 11 novembre, la demande de liberté provisoire à l'homme politique Rachid Nekkaz. La défense de l’ancien candidat à la présidentielle avortée de 2019, avait introduit la demande de liberté provisoire le 19 octobre dernier.

En effet, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), a annoncé, cet après-midi sur sa page Facebook, que la demande de liberté provisoire du détenu Rachid Nekkaz a été rejetée aujourd’hui par la chambre d’accusation de la Cour d’Alger. Ainsi, Rachid Nekkaz, incarcéré depuis le 4 décembre 2019, devra encore rester en prison en attendant son procès.

Rachid Nekkaz est poursuivi pour « incitation à porter des armes contre des représentants de l’Etat » et « incitation à attroupement non armé et publication Facebook pouvant porter atteinte à l’intérêt national ». Son dossier devra être traité par la correctionnelle du tribunal de Dar El Beïda (Alger).

Pour rappel, la chambre d’accusation près la Cour d’Alger a décidé de transmettre son dossier au tribunal criminel de Dar El Beïda en attendant la programmation de son procès. L’information a été rapportée par le CNLD, le 29 juillet dernier.

L’homme d’affaires a réclamé son jugement par un tribunal militaire. Il a estimé que « sa mise en détention ainsi que les lourdes charges retenues contre lui sont la conséquence de sa plainte contre le défunt général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major et vice-ministre de la Défense. Soulignons par ailleurs que Rachid Nekkaz est incarcéré à la prison d’El Harrach depuis presque un an.

Lire aussi : Algérie : L’appel de Rachid Nekkaz depuis la prison d’El Harrach