Un Algérien de 37 ans qui exerçait comme boucher à Caen, dans le nord-ouest de la France, a été retrouvé pendu à l’intérieur de sa boucherie. La police avait conclu à un suicide. Mais les membres de sa famille demandent de nouvelles investigations. Ils ont déposé une plainte avec constitution de partie civile. Ils contestent les résultats de la police, rapportait jeudi 19 novembre le journal français Ouest France.

Selon la même source, les faits remontent au 29 septembre dernier. Le patron d’une boucherie, implantée rue de la Défense-Passive, dans le quartier du Calvaire-Saint-Pierre, à Caen, découvrait le corps sans vie de son employé, âgé de 37 ans, pendu à l’écart de la partie du commerce où est accueilli le public.

La police conclut à un suicide. Mais la famille de l’Algérien conteste les résultats de l'enquête. Elle doute fortement qu’il ait mis fin à ses jours. Selon ses proches, le trentenaire est arrivé à Caen au printemps dernier et « n’avait aucune raison de se suicider ». Il avait même des projets, témoignent-ils.

La famille du ressortissant algérien a fait appel à l’avocat caennais Hadrien Gillier. Ce dernier a confirmé qu’il avait déposé une plainte avec constitution de partie civile. Ce qui déclenche automatiquement l’intervention d’un juge d’instruction, devant déterminer s’il y a lieu de déclencher une autre enquête judiciaire.

« Le juge a été saisi au cours de ce mois de novembre », confirme Me Gillier. Il attend un retour du magistrat pour savoir si de nouvelles investigations pourraient être menées.

Lire aussi : Coup de couteau à Lyon : Un Algérien de 19 ans condamné à 22 mois de prison