Victime d'un malaise lors de son interrogatoire par la police, un présumé trafiquant de stupéfiants est décédé à l'hôpital où il a été évacué. Les faits remontent à vendredi 11 décembre, dans la wilaya de Sétif, rapporte la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué daté d'hier samedi. 

« Le vendredi 11 décembre 2020 à 18h00, les services de la BMPJ de Sétif ont interpellé, au centre-ville de Sétif, le nommé Z.Y, 48 ans, présumé auteur de trafic de stupéfiants et de psychotropes, en possession de comprimés psychotropes et un morceau de cannabis traité, et ce, après avoir tenté de prendre la fuite en avalant un objet non déterminé », a indiqué la DGSN.

« Dirigé au siège du service pour continuation d’enquête, lors de son audition, il a été victime d’un malaise et fut aussitôt évacué par la Protection civile au CHU de Sétif, où il décéda après son admission », ajoute le service de sécurité dans son communiqué. La DGSN souligne que « le parquet compétent déterminera les causes du décès ».

Ce décès rappelle la mort d'un autre présumé criminel, le 11 novembre dernier, au niveau du siège de la sûreté urbaine de la wilaya d'Oran, dans l'ouest de l'Algérie. Répondant aux initiales Kh. B. et âgé de 30 ans, cet homme a été arrêté et conduit dans ce commissariat, avait indiqué la direction de la sûreté de la wilaya d’Oran. Quelque temps après son arrestation, le jeune homme décède dans des conditions mystérieuses.

Quelques jours plus tard, le procureur de la République près le tribunal d’Oran a ordonné la mise en garde à vue d’un officier et d’un brigadier-chef de la police. Les deux policiers seraient impliqués dans ce décès, selon l'enquête menée afin d'élucider cette affaire.