L’étudiante algérienne violemment tabassée par des agents de sécurité au Consulat d’Algérie à Créteil, en France, a décidé de porter plainte contre ses agresseurs. C’est ce qu’a révélé la concernée dans un entretien accordé au site d’information Radio M.

L’étudiante algérienne agressée au Consulat d’Algérie à Créteil, dans la banlieue sud-est parisienne, souhaite que la « justice soit rendue et que la loi soit appliquée sur les agresseurs ». Dans ce sens, elle a révélé qu’une plainte avait été déposée auprès des autorités compétentes en France, en attendant la réouverture des frontières pour qu’elle puisse déposer une autre plainte en Algérie. « Ces actes de violence ne doivent pas rester impunis. La sanction doit être sévère pour tout employé qui ne respecte pas le citoyen algérien », estime-t-elle.

Par ailleurs, l’étudiante confie à Radio M que sur les plans physique et moral, elle se sent toujours « très mal ». Elle dit souffrir de douleurs sur plusieurs parties du corps et qu'elle est « toujours sous le choc ». « J'espère que mon état s'améliorera avec le temps », a-t-elle exprimé. Enfin, elle présente ses remerciements à toutes les personnes qui se sont solidarisées avec elle.

Rappelons que l’étudiante en question, qui s’est retrouvée dans la précarité, s’est rapprochée du service social du consulat, afin de bénéficier d’une aide ou d’un bon alimentaire. Au lieu de la prise en charge de sa demande, elle s’est fait agresser par deux agents de sécurité du consulat. Le calvaire de l’étudiante a commencé lorsqu’elle avait voulu savoir les raisons du refus de l’assistante sociale de lui venir en aide. Elle avait demandé à voir le consul général, afin de lui exposer son problème. Mais à sa grande surprise, deux agents de sécurité sont intervenus de façon très violente.

Lire aussi : Un consulat d’Algérie en France au cœur d’un scandale de discrimination raciale