La terre a encore tremblé en Algérie. Une secousse tellurique a été enregistrée, ce mercredi 17 mars, dans la wilaya de Bejaïa, en Kabylie. Selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), le tremblement de terre a atteint une magnitude de 4.0 sur l’échelle ouverte de Richter.

Selon la même source, la secousse a été enregistrée à 20h38 au large de la ville de Bejaïa. L'épicentre de cet énième tremblement de terre qui secoue l'Algérie a été localisé en mer, à 30 kilomètres au nord-Est du cap  Carbon, indique en outre le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG).

La secousse a été fortement ressentie dans les quatre coins de la wilaya de Bejaïa et dans les wilayas limitrophes, à l'image de Jijel. Les habitants ont été pris de panique, apprend-on de sources locales. Aucun dégât matériel, encore moins humain, n'a été signalé.

Il s'agit donc d'un énième séisme enregistré en Algérie qui vit en fait au rythme des secousses, comme on le sait depuis de longues années. Selon les spécialistes, cela entre dans le cadre de l'activité sismique qui n'a rien d'exceptionnel.

Plus de peur que de mal

Pour rappel, les habitants de la wilaya de Sétif et ses environs ont ressenti, aux premières heures du mercredi 24 février, une forte secousse tellurique. Selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), le tremblement de terre a atteint une magnitude de 4,8 sur l’échelle ouverte de Richter.

À lire aussi :  Accusés d'abus de fonction, des employés d'Air Algérie sous le verrous

Selon le CRAAG, l’épicentre du séisme a été localisé à neuf kilomètres au sud-ouest de la commune Rasfa, à Sétif, dans l’est de l’Algérie. Ce tremblement de terre, qui a eu lieu à 2h51 (heure locale), a atteint une magnitude de 4,8 sur l’échelle ouverte de Richter.

Cette secousse qui a été également fortement ressentie dans la région a suscité une grande panique chez la population locale.