Alors que le déploiement des programmes de vaccination s’accélère dans certains pays, la reprise des voyages internationaux réguliers est d’actualité. Les derniers résultats de Henley & Partners donnent un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler la liberté de voyager après la pandémie. Les modèles de migration dans le monde post-Covid seront non linéaires et peut-être imprévisibles, a indiqué le cabinet spécialisé, dans son « Global Mobility Report 2021 Q2 », publié mardi 13 avril.

Le rapport publié par Henley & Partners souligne que les pays du monde entier commencent sélectivement à ouvrir leurs frontières aux visiteurs internationaux. Ainsi, le cabinet spécialisé estime que les gouvernements devraient commencer à exploiter les opportunités de migration post-pandémique.

Avec le déploiement massif des vaccins contre la Covid-19 dans de nombreux pays, la mobilité mondiale pourrait bientôt redevenir une réalité pour certains, en particulier ceux des pays riches.

Dans le sillage de la Covid-19, les personnes fortunées qui disposent de passeports premium cherchent maintenant à créer des options de citoyenneté et de résidence complémentaires par le biais de programmes de migration d'investissement. Et ce, afin d'accéder à la sécurité sanitaire dans leur pays hôte pour pouvoir vivre, faire des affaires, étudier et investir, pour eux-mêmes et leurs familles.

L'indice du cabinet de conseil en citoyenneté mondiale et en résidence Henley & Partners classe le pouvoir des passeports en fonction du nombre de destinations vers lesquelles leurs titulaires peuvent voyager sans visa préalable et est mis à jour tout au long de l'année.

Bien que cela ne tienne pas compte des restrictions de voyage temporaires de Covid-19, il indique à quoi pourrait ressembler la liberté de voyage après la pandémie alors que les pays commencent sélectivement à ouvrir leurs frontières aux visiteurs internationaux, a déclaré Henley & Partners.

Le président de Henley & Partners, Christian Kaelin, a déclaré : "Si personne ne s'attend à un retour à un niveau de mobilité pré-pandémique de sitôt, les perspectives sont certainement plus encourageantes qu'il y a quelques mois".

En matière de classement des passeports les plus forts, Henley & Partners a également noté que l'écart en matière de liberté de voyage est à son plus grand depuis le début de l'indice en 2006, les détenteurs de passeports japonais pouvant visiter 167 destinations de plus que les citoyens afghans, qui ne peuvent voyager que dans 26 pays dans le monde sans obtenir de visa.