C’est un nouvel épisode de la guerre virtuelle entre l’Algérie et le Maroc. Ces derniers jours, ce sont des appels massifs au boycott des dattes algériennes pendant le ramadan qui suscitent la polémique. Cet appel à été largement relayé sur les réseaux sociaux et s’invite même dans le débat politique au Maroc.

Les dattes en provenance d’Algérie sont visées par une campagne de boycott sans précédent sur la Toile marocaine. Le mouvement qui a démarré avec une simple publication anonyme sur Twitter datée du 30 mars dernier, s’amplifie de jour en jour, notamment depuis le début du mois de ramadan.

Sur les réseaux sociaux,  plusieurs centaines de publications utilisant le hashtag #مقاطعةالتمورالجزائرية (boycott des dattes algériennes) sont postées par des internautes marocains sur Facebook, Twitter, Instagram et même sur YouTube.  Depuis quelques jours, ce hashtag est parmi les tendances nationales sur les plateformes virtuelles au Maroc.

Les publications sont accompagnées d’illustrations d’images de champs de palmiers dattiers marocains ou de photos de boîtes de dattes algériennes barrées d'une croix rouge.

Dans un reportage du site d’information marocain aldar.ma, largement relayé sur la Toile, un commerçant de Meknes explique que les dattes algériennes ne trouvent presque plus d'acheteurs dans les épiceries de la ville à cause de la campagne de boycott. C’est ce qui l’aurait poussé à les mettre de côté.

Sur fond de l'expulsion des agriculteurs de Figuig

En fait, l’objectif affiché de cette campagne de boycott est de «rendre justice» aux cultivateurs de l’oasis de Figuig expulsés, début mars dernier, par l’armée algérienne de cette oasis frontalière.

C’est un secret de polichinelle, les relations entre le Maroc et l’Algérie ne sont plus au beau fixe, depuis des années. En effet, les relations diplomatiques restent tendues entre les deux nations voisines sur fond de conflit au Sahara occidental. La guerre médiatique est à son apogée depuis l’arrivée au pouvoir en Algérie de Abdelmadjid Tebboune.

La guerre médiatique, effectivement, entre le royaume chérifien et l’Algérie est sans merci, le voisin de l’ouest jouant la carte de la propagande et de la division face au silence de l’Algérie qui préfère, quant à elle, jouer la carte de l’ignorance de cette provocation ciblée.