« L’Attentat » de Yasmina Khadra adapté en série par Netflix : Le roman « L’Attentat » de l’écrivain algérien Yasmina Khadra est en cours d'adaptation en série par la boîte de production américaine Netflix. L’ambassade des États-Unis à Alger a profité de cette occasion pour féliciter l'écrivain, lundi 7 juin, dans une publication sur la page Facebook de la représentation diplomatique.

Ainsi, l’écrivain Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohamed Moulessehoul, rentre de plus en plus dans l'universalité. En plus d'être reconnu par ses pairs dans le domaine de la littérature, il rentre de plain-pied dans le 7e art. « Félicitations à l’écrivain algérien Mohammed Moulessehoul, plus connu sous le nom de Yasmina Khadra, dont le livre "L’Attentat" est en cours d’adaptation en série Netflix par le producteur américain Michael Kupisk », a écrit la représentation diplomatique américaine. L’ambassade US a également rappelé que le livre en question a reçu des avis favorables de la critique et a remporté de nombreux prix littéraires depuis sa publication, en 2005.

L'ambassade souligne, aussi, que l'écrivain algérien n'est pas inconnu aux Etats-Unis, faisant observer que « Les hirondelles de Kaboul », édité 2002, a été publié par l’éditeur américain Doubleday et a été désigné meilleur livre du San Francisco Chronicle et du Christian Science Monitor.

À lire aussi :  40 % des étrangers en France inactifs : Le vrai du faux

« L'Attentat » sur fond du conflit israélo-palestinien

"On peut tout te prendre ; tes biens, tes plus belles années, l’ensemble de tes joies, et l’ensemble de tes mérites, jusqu’à ta dernière chemise — il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde que l’on t’a confisqué".

Le roman « L'Attentat », dont a été tirée la phrase précédente, est constitué de 17 chapitres, le premier n’étant pas numéroté, mais est repris en partie dans le dernier. Il raconte l'histoire d’Amine Jaafari, chirurgien israélien d’origine palestinienne. Le récit débute violemment avec un attentat dirigé contre le cheikh Marwan. Le narrateur, dont on ne connaît pas l’identité, fait partie des victimes et décrit son agonie.

Dans ce roman, Yasmina Khadra dépeint les souffrances humaines à travers le conflit israélo-palestinien. Il se livre à un exercice de style mêlant les contradictions individuelles et le difficile vivre-ensemble de deux communautés, dont une possède le pouvoir et l'autre le bien-fondé de la cause.