Algérie Ferries, l'entreprise algérienne de navigation maritime, a indiqué qu'elle attendait toujours une décision officielle de la part des hauts responsables algériens pour reprendre ses activités.

Les Algériens établis à l'étranger attendent avec impatience la reprise des liaisons maritimes vers l'Algérie. Face au grand nombre de questions par rapport à la date officielle de cette reprise, l’entreprise de transport maritime Algérie Ferries a décidé de répondre aux passagers algériens via sa page Facebook officielle.

Affirmant avoir « hâte de pouvoir accueillir à nouveau à bord, comme par le passé » ses clients, Algérie Ferries a indiqué qu'elle continue « à être dans l’attente d’une annonce officielle concernant la réouverture des liaisons maritimes ». « Nous ne manquerons pas de vous tenir informés via notre page Facebook », a ajouté l’entreprise algérienne. Les voyageurs désirant rentrer en Algérie par bateau devront ainsi attendre que le gouvernement algérien se penche sur la question de la réouverture des liaisons maritimes.

Reprise des liaisons maritimes : Corsica Linea Algérie également en attente

De son côté, la compagnie maritime française Corsica Linea, qui assure également les traversées maritimes entre l'Algérie et la France, n'a toujours pas annoncé de reprise de ses activités.

Dans son dernier communiqué, Corsica Linea Algérie avait indiqué qu' « en raison de la crise sanitaire actuellement en cours et suite aux décisions gouvernementales sur la fermeture des frontières entre la France et l’espace hors Schengen, Corsica Linea Algérie suspend ses traversées France - Algérie jusqu’au 16 juin inclus ».

À lire aussi :  Patrimoine : Les Français plus riches que les Américains et les Allemands

Il est à rappeler que les hautes autorités ont décidé d'autoriser les voyages de et vers l'Algérie par avion, après 14 mois de suspension. Depuis le 1er juin, la compagnie aérienne Air Algérie effectue plusieurs vols internationaux hebdomadaires de et vers la France (Paris et Marseille), la Tunisie (Tunis), la Turquie (Istanbul), l'Allemagne (Frankfurt), l'Italie (Rome) et l'Espagne (Barcelone).

Le 18 mai dernier, le la présidence de la République algérienne avait fait savoir que Haut Conseil de Sécurité qui s’est réuni, sous la présidence du le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune, a ordonné de maintenir « les frontières terrestres fermées sauf en cas de nécessité ».