L’ancien ministre et député RCD Hamid Lounaouci a été nommé conseiller auprès du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune. Le décret portant sa nomination est paru au dernier numéro du Journal officiel. L’ancien cadre du FFS puis député et ministre RCD sous le président déchu Abdelaziz Bouteflika fait ainsi son comeback politique après une traversée du désert qui aura duré presque vingt ans.  

Selon le dernier Journal officiel, paru le 26 juin, Hamid Lounaouci a été nommé, le 10 juin par décret présidentiel, au poste de conseiller à la présidence de la République. Il a été indiqué dans ce décret, notamment dans ses articles 91-7 et 92-2, que « le président de la République nomme Monsieur Hamid Lounaouci au poste de conseiller à la Présidence chargé des Organisations non-gouvernementales (ONG) ».

Ancien militant du FFS et du RCD

Hamid Lounaouci, frère cadet de Mouloud Lounaouci, ancien détenu du MCB et militant du RCD, est né le 3 avril 1955 à Tizi Ouzou. Il est membre fondateur de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, créée par feu Ali Yahia Abdenour en 1985. Hamid Lounaouci était militant du Front des forces socialistes (FFS) qu’il quitte en 1991 pour rejoindre le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), parti dirigé alors par Saïd Sadi.

Elu député de ce parti le 5 juin 1997, il devient président du groupe parlementaire du RCD. Au lendemain de l’arrivée au pouvoir du président déchu Abdelaziz Bouteflika, en avril 1999, son parti rejoint la coalition gouvernementale et est désigne au gouvernement comme ministre des Transports. Poste qu’il quitte en 2002 à la demande de son parti. Le RCD voulait protester contre la répression féroce qui s’était abattue sur la jeunesse kabyle au cours de ce qui sera appelé le Printemps noir.

Il est chargé des ONG au sein de la présidence

En novembre 2008, Hamid Lounaouci démissionne du RCD. Progressivement, il prend ses distances avec l’opposition et finit par se rapprocher du pouvoir, avec cette nomination comme conseiller politique auprès du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune. L’ancien militant du RCD et du FFS aura la lourde charge des organisations non gouvernementales (ONG) en cette période marquée par une répression sans précédent de la part des pouvoirs publics contre les militants et activistes politiques.