L’Algérie célébrera demain mardi 20 juillet 2021 l’Aid el-Kebir. Intervenant dans des circonstances particulières, cette fête religieuse, également appelée fête du sacrifice, n’aura certainement pas la saveur d’antan. L’Aïd al-Adha 2021 coïncide en effet avec la crise sanitaire due au coronavirus, qui continue à endeuiller des dizaines de familles chaque jours. La pénurie d’eau, la cherté des denrées alimentaires ainsi que le pouvoir d’achat qui connait une sérieuse dégringolade font que ce rendez-vous ne puisse pas être idéalement célébré.

D’ailleurs et contrairement aux années précédentes, la journée précédant le jour de l’Aïd al-Adha n’a pas connu un engouement particulier au niveau des villes et villages. Ce lundi 19 juillet a été pour ainsi dire une journée ordinaire dans les différentes wilayas du pays. En somme, le cœur n’est point à la fête.

Les familles algériennes devront faire avec le Covid-19 et le confinement pour l’Aïd al-Adha 2021

En effet, le désastre sanitaire que connaît le pays en rapport avec le coronavirus a imprimé une atmosphère particulière aux différentes localités algériennes. Cette pandémie, qui continue son inquiétante propagation en touchant des centaines de personnes quotidiennement, est la préoccupation principale des Algériens.

Il ne faudra d’ailleurs pas s’attendre à une ambiance des grands jours, demain mardi, premier jour de l’Aïd el-Kebir. D’ailleurs, les pouvoirs public ont carrément interdit les visites des proches et des cimetières pour la circonstances. Une disposition prise dans le cadre de la lutte contre cette maladie qui ne laisse plus indifférent.

Qu’en est-il des Algériens de France ?

Ce sera d’ailleurs pratiquement le cas chez la communauté algérienne établie en France. Cela dans la mesure où des restrictions sanitaires strictes ont été instaurées par Emmanuel Macron pour lutter contre la propagation du coronavirus.

La pénurie d’eau pourrait s’intensifier durant l’Aïd el-Kebir

En outre, la particularité de l’aïd de cette année, c’est qu’il intervient au moment ou la population crie son désarroi devant la pénurie d’eau potable qui n’épargne plus aucune wilaya. Des habitants n’ont d’ailleurs pas hésité à descendre dans la rue pour exprimer leur colère devant cette situation devenue insoutenable.

Inflation, cherté de la vie et hausse des prix à l’approche de l’Aïd al-Adha

En plus de cette crise d’eau, des pères de familles n’ont pas pu faire le plein en matière d’achats nécessaire en ce genre de circonstances pour permettre aux leurs de faire la fête et de célébrer l’Aïd al-Adha dignement. Les raisons ? La cherté des différentes aliments tels que les fruits et légumes devenus intouchables ces quelques derniers jours à cause de leurs prix exorbitants. Sans parler du prix du mouton, qui monte en flèche à l’approche de chaque fête religieuse.

En outre, il faut dire que le pouvoir d’achat était déjà durement entamé à la suite de la crise sanitaire, la situation économique déjà peu reluisante que connait l’Algérie.  C’est dire en somme que l’Aïd al-Adha 2021 ne sera qu’une date à marquer.