La Tunisie a connu une journée de colère ce dimanche 25 juillet 2021 à l'occasion de la Fête de la République. Des manifestations réclamant le départ du gouvernement et la dissolution du parlement ont été enregistrées dans plusieurs villes du pays. À Tunis, la capitale, la situation s'est dégénérée et des affrontements ont eu lieu entre les forces de l'ordre et des manifestants, indiquent des sources médiatiques tunisiennes.

Le 25 juillet est un jour de fête en Tunisie. La date correspondant à l'anniversaire de la République. Cette année, la journée historique a été célébrée différemment ; dans la douleur. Certes, des centaines de jeunes et moins jeunes sont sortis dans la rue, ce dimanche 25 juillet 2021. Mais ce n'était pas pour commémorer ce jour de gloire.

Les Tunisiens appellent à la dissolution du parlement et à changer de gouvernement

Les manifestants qui ont en effet nombreux à battre le pavé et à organiser des rassemblements dans de différentes régions du pays ont crié leur colère et leur désarroi face à la dégradation des conditions de vie en Tunisie. Les manifestants ont également appelé au départ du gouvernement et à la dissolution du Parlement, sources de leurs problèmes, selon eux.

Si les manifestations se sont déroulées dans le calme dans les autres villes, la situation s'est envenimée au niveau de la capitale Tunis et plus précisément à proximité du siège du parlement. Selon plusieurs sources médiatique locales, dont le journal la Presse, les protestataires ont tenté de franchir le cordon de sécurité mis en place dès la matinée pour contenir la manifestation.

À lire aussi :  Algérie : Le chef de l'État annonce une augmentation des salaires, des retraites et de la prime chômage

La Tunisie traverse une crise politique et une crise sanitaire

Les forces de l'ordre sont ainsi intervenues pour tenter de disperser la foule. Des escarmouches ont ensuite éclatées entre les deux parties. Des blessés ont d'ailleurs été enregistrés, indique la même source citant l'agence officielle la TAP.

Il faut dire que ce n'est pas la première fois que la Tunisie connait ce genre de mouvements. De telles actions sont devenues, en somme, monnaie courante dans un pays miné par une crise politique qui ne date pas d'hier. En plus de cette crise, la Tunisie fait face à une recrudescence inquiétante du coronavirus ; cette maladie qui continue sa progression fait en effet des centaines de victime chaque jour.