La situation en Tunisie fait craindre le pire. Le climat politique est très tendu. La rue gronde. Le conflit entre Ennahdha majoritaire au parlement et le président tunisien Kaïs Saïed s'enlise. C'est dans ce contexte que la France a appelé, ce lundi 26 juillet, ses ressortissants à la vigilance.

Réagissant aux récents événements en Tunisie, l'ambassade de France a appelé ses ressortissants à la vigilance. La représentation diplomatique indique dans son communiqué : « des rassemblements ont eu lieu ces derniers jours et pourraient se poursuivre, notamment à Tunis et dans les grandes villes. Il convient de faire preuve de vigilance et de se tenir à l’écart des rassemblements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation, avant d’envisager un déplacement ».

La France confirme ainsi le climat politique instable en Tunisie. Un climat qui risque de dégénérer à n'importe quel moment entre les partisans du président tunisien et ceux du mouvement islamiste Ennahdha. La Tunisie vit au rythme des manifestations et contre manifestations qui débouchent à chaque fois à des heurts avec les forces de l’ordre.

Islamistes et Kaïs Saïed : Une cohabitation impossible

Ce climat est né d'une impossible cohabitation entre le président tunisien et le parti islamiste Ennahdha qui est majoritaire au parlement. Ces luttes entre les deux protagonistes ont commencé depuis l'élection de Kaïs Saïed en tant que président de la Tunisie.

À lire aussi :  Entre Maroc et Sahara occidental : l'Espagne face à ses contradictions

Après plusieurs mois de cette difficile cohabitation, le président tunisien a pris plusieurs mesures le 25 juillet. Il a notamment décidé de geler les activités du Parlement, de la levée d’immunité pour les députés et de démettre le chef du gouvernement Hichem Mechichi en attendant de former un nouveau gouvernement.

Ces décisions ont été rejetées par Ennahdha. Le parti islamiste a estimé que « ce qu’a fait Kaïs Saïed est un coup d’État contre la révolution et contre la Constitution, et les partisans de Ennahdha ainsi que le peuple tunisien défendront la révolution ».