Le président tunisien a annoncé, dimanche 25 juillet 2021, une série de décisions après une journée mouvementée qu'a connu le pays. Kaïs Saïed a en effet décidé de geler les activités du parlement et de démettre le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, en attendant de former un nouveau gouvernement.

La Tunisie a connu, dimanche 25 juillet 2021, une journée de manifestations enregistrées dans les différentes villes du pays. Les manifestants qui étaient des centaines à descendre dans la rue réclamaient notamment la dissolution du parlement et le départ du gouvernement, responsables selon eux de la crise multidimensionnelle qui secoue la Tunisie.

Ces manifestations n'ont pas été sans suite. Un Conseil de sécurité présidé par le président de la République a été convoqué au cours de la même journée. D'importantes décisions ont été prises d'ailleurs lors de cette réunion d'urgence. Ces mesures pour le reste inattendues ont été annoncées à la télévision tunisienne par Kaïs Saïed.

Des jeunes applaudissent, Ennahda condamne les décisions du président tunisien

Le chef de l'État tunisien a annoncé, en effet, le gel du parlement et la levée d'immunité pour les députés. Il a également affirmé avoir démis de ses fonctions le chef du gouvernement. Les principales revendications de protestataires ont été ainsi prises en charge. « La Constitution ne permet pas la dissolution du Parlement, mais elle permet le gel de ses activités », a déclaré Kaïs Saïed qui a souligné qu'il se chargera du pouvoir exécutif en attendant la nomination d'un nouveau gouvernement. Le président de la République tunisienne a précisé que c'est lui-même qui désignera le prochain.

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

Selon plusieurs sources médiatiques, ces mesures ont été applaudies par la population tunisienne qui n'a pas hésité à sortir dans la rue pour manifester sa joie. Le principal parti au pouvoir en Tunisie, la formation islamiste Ennahda, a, de son côté, condamné la sortie du président. « Ce qu'a fait Kaïs Saïed est un coup d'État contre la révolution et contre la Constitution, et les partisans de Ennahda ainsi que le peuple tunisien défendront la révolution », a estimé ce parti.