Depuis près de trois semaines, les hôpitaux, comme tous les points de soin à travers le pays, manquent cruellement d'oxygène et comptent les décès par dizaines chaque jour. Cette catastrophe sanitaire, comme toutes les catastrophes naturelles l'ayant précédé, déclenche un élan de solidarité à travers le pays, mais également à travers le monde.

À l'instar des célébrités, des hommes d'affaires et des influenceurs à travers les réseaux sociaux, le journaliste sportif Lyes Baloul, établi à Montargis, dans le département du Loiret, s'est mobilisé pour porter secours à sa commune natale Tirmitine, en Kabylie. Comme partout ailleurs dans le pays, les centres hospitaliers observent un scénario digne des films catastrophes hollywoodiens. Manque d'équipements, d'oxygène, de lits et pour comble, les médecins et professeurs succombent au variant Delta quasiment chaque semaine.

Solidarité depuis la France avec des villages kabyles

Cette situation n'a pas laissé notre confrère indifférent. Il a lancé un appel de solidarité sur son compte Facebook : « salut, mes amis (es), je suis meurtri par la situation sanitaire qui frappe la planète. Depuis quelques jours, mon malheur grandit en voyant ce qui se passe particulièrement dans ma région natale en Kabylie. Je suis triste de voir la situation se dégrader de jour en jour. Oui, la situation est alarmante. Elle nécessite une intervention rapide, efficace, responsable. Je suis triste. Des malades en détresse. Une population dans un besoin extrême. Tout est lié à un facteur majeur : manque d'oxygène. À cet effet, j'appelle tous les Montargois, Gâtinais, Giennois à m'accompagner pour aider à sauver des vies. Sauver des hommes, des femmes et enfants. La situation est préoccupante. Je sais que votre générosité est sans faille. Ces personnes ont besoin de nous. Elles ont notamment besoin d'oxygène (concentrateurs d'oxygène). Merci à vous ».

Il est vrai que la situation n'a de cesse de se détériorer en Kabylie, ces deux dernières semaines. La région est au bord de l'asphyxie et la gestion est catastrophique, si ce n'est les associations et la solidarité citoyenne qui arrivent un peu à alléger la gravité des choses. Au vu de la propagation très rapide du virus, la commune a préféré décréter le confinement à nouveau.

Il y a encore des Algériens qui ne respectent pas les mesures sanitaires

Selon M. Baloul, « beaucoup de personnes ne respectent pas les mesures. Les mariages continuent d’être célébrés. Les cas s’accumulent et l’oxygène manque ». Il est vrai qu'à travers le pays, les gestes barrières ne sont pas respectés et les gens continuent à se rassembler dans les fêtes de mariage, circoncision, etc. Hier, à Tébessa, quinze femmes ont été arrêtées pour s'être rendues au hammam (bain maure). L'inconscience est plus alarmante que le manque de matériel.

M. Baloul indique qu'une cagnotte Leetchi a été mise en place pour acquérir des bouteilles et des extracteurs d'oxygène pour les distribuer aux malades les plus atteints. « Pas mal de Montargois ont déjà participé à la cagnotte depuis sa mise en ligne. Nous les remercions vivement. J’attends encore des réponses. Il faut une prise de conscience majeure de la part des autorités et des habitants de la Kabylie », estime-t-il.