Après quinze mois de fermetures des frontières suivis par des mesures sanitaires draconiennes et la rareté des vols vers l'Algérie, la diaspora algérienne de France se sent impuissante face au bilan catastrophique qu'affiche le pays en proie au variant Delta depuis déjà quelques semaines.

Les Algériens établis à l'étranger – bon gré ou mal gré – prennent des nouvelles des leurs à travers les réseaux sociaux et reçoivent des nouvelles d'Algérie via le Web. Ils se font ainsi une idée relativement claire de la situation catastrophique dans les hôpitaux. Mais la vague meurtrière du variant Delta ne les laisse pas indifférents.

La mobilisation des algériens à l'étranger entachée d'inquiétudes et de doutes

Même si leur mobilisation se fait dans l'affolement et l'inquiétude, leurs efforts sont perceptible en chiffres et en euros. Des cagnottes sont ouvertes un peu partout à travers le territoire français. Le 2 juillet, Un jeune algérien, a lancé une cagnotte qu'il a relancé tous les jours par des réseaux d'associations d'étudiants et de cadres algériens. La solidarité des uns et des autres a réussi à atteindre la somme de 638'776 euros. Mais ses résultats sont très difficile à suivre à distance, ce qui installe ce sentiment d'impuissance parmi les algériens en France et dans les autres pays.

La course à l'oxygène a fait lancer une cagnotte via une association lilloise, mais le plus compliqué est de ne pas pouvoir suivre la cagnotte, ni de savoir ce que vont devenir ces fonds. Aujourd'hui, un avion de 20 tonnes de produits médicaux est attendu à Alger. Les dons connaîtront-ils le même sort que le matériel médical destiné à la région de Haïzer, qui a été bloqué plusieurs jours au niveau des douanes d'Alger ? Qui va gérer toutes ces sommes récoltés ? Comment va-t-on acheminer le matériel nécessaire à toutes ces personnes en détresse respiratoire ?

Le bilan d'hier 3 août, qui affiche 1'307 nouveaux cas et 41 décès, ne reflète que peu la gravité de la situation qui règne dans les centres hospitaliers. Le taux de nouveaux cas et de mortalité n'a de cesse d'augmenter, pendant que la bureaucratie ralentie l'acheminement des matériels nécessaires au sauvetage de vies en danger.