Depuis le dimanche 15 août, les Talibans ont pris en main la totalité du territoire de l'Afghanistan. Kaboul est tombée en quelques heures, sans combattre, scellant la victoire complète des Talibans. Face à ce désastre, la communauté internationale est dans un désarroi total. Les menaces terroristes ne sont pas à écarter, surtout que les Talibans, chassés depuis vingt ans aux quatre coins du monde, sont devenus désormais les maîtres de l’Afghanistan.   

Peu après la prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan, Facebook a pris la décision de bloquer les contenus liés à ce mouvement. « Les Talibans sont considérés comme une organisation terroriste par la législation américaine et nous les excluons de nos services en vertu de notre politique "organisations terroristes". Cela signifie que nous allons supprimer tous les comptes créés au nom des Talibans et interdire tous les contenus qui les soutiennent », a déclaré, ce mardi 17 août, un porte-parole de Facebook à la BBC.

Facebook va bloquer tous les messages de soutien aux Talibans

« Facebook va bloquer tous les messages des Talibans ainsi que les marques de soutien éventuelles adressées au groupe qui a récemment repris le pouvoir en Afghanistan. Facebook considère les Talibans comme une organisation terroriste », a rappelé le porte-parole du média social à la BBC.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

« Cela signifie que nous supprimons les comptes gérés par, ou au nom, des Talibans et que nous interdisons toute louange, tout soutien et toute représentation des Talibans », a-t-il ensuite précisé. Le porte-parole de Facebook a annoncé qu'une « équipe d'experts » avait été créée afin de permettre de « mieux identifier et censurer ces contenus ». Ces personnes, parlant le « dari et le patcho », les deux langues maternelles de l'Afghanistan, « connaissent le contexte local », selon le porte-parole du réseau social.

Twitter annonce qu'il n'autoriserait aucun contenu qui fait l'apologie des Talibans

Le blocage des contenus liés aux Talibans concernerait également les autres réseaux sociaux détenus par Facebook, dont Instagram et WhatsApp. La BBC rapporte néanmoins que des Talibans feraient usage de WhatsApp afin de communiquer. Le porte-parole de la firme américaine a répondu que « Facebook prendrait des mesures si des comptes liés aux Talibans étaient identifiés sur cette plateforme ».

Twitter a également souligné qu'il n'autoriserait aucun contenu qui fait l'apologie du terrorisme ou de violences à l'égard de citoyens. « Mais les Talibans ont jusqu'à présent bien utilisé le réseau social pour rendre compte de leur progression dans le pays », indique la BBC.