Un homme a été retrouvé pendu, samedi 21 août au soir, près d'un cimetière à Tréat, dans la wilaya d’Annaba. Selon la cellule de communication de la protection civile de la wilaya, la victime âgée de 60 ans était pendue à un arbre près du cimetière de Amirat Messaoud.

Selon la même source, la dépouille du sexagénaire a été transférée vers la morgue de l'hôpital Ibn Rochd, et ce, à bord d'une ambulance de la protection civile. Il s'agit d'effectuer une autopsie qui sera d'un appui certain à l'enquête que les éléments de la Gendarmerie nationale ont ouverte, suite à leur déplacement sur les lieux du drame.

En fait, il s'agit d'élucider les circonstances exactes de cette tragédie. Les enquêteurs de la Gendarmerie nationale auront à déterminer la nature exacte de cet acte. Déterminer si c'est réellement un acte de suicide, ou révéler si c'est un meurtre commis contre le sexagénaire que les auteurs ont maquillé en suicide.

Il est clair que les enquêteurs privilégient souvent la thèse du suicide dans ce genre de cas. D'ailleurs, tout le monde se tourne vers le secteur de la santé, plus précisément vers la psychiatrie pour expliquer ce geste de détresse intense.

Mais la société algérienne est peu ouverte à la communication sur le sujet. D'où la difficulté que rencontrent tous les spécialistes, entre psychologues et psychiatres, pour prendre en charge de façon efficace les sujets les plus exposés au suicide. Particulièrement ceux qui ont déjà fait des tentatives de suicide.